Alors que Google cherche à renouveler sa licence ICP auprès des autorités chinoises, une porte-parole de la firme a déclaré que les activités chinoises de Google étaient partiellement affectées, notamment Google Suggest. Cependant, il est difficile de savoir si ces difficultés sont liées à l'expiration de la licence ICP.

Avant-hier, Google avait abattu ses dernières cartes, dans l’espoir de satisfaire les autorités chinoises et obtenir le cas échéant le droit de poursuivre ses activités en Chine. Constatant que le pouvoir central était resté inflexible sur la question du filtrage des contenus, la firme américaine avait finalement assoupli sa position.

Google ne redirigeait plus directement les internautes chinois vers le moteur non-censuré destiné initialement aux internautes hong-kongais, mais proposerait un simple lien permettant d’accéder à la version échappant au pouvoir central. Une décision avant tout motivée par l’expiration de la licence ICP (Internet Concent Provider), un document permettant à Google de travailler en Chine.

Si pour l’heure, nous n’avons encore aucune information officielle sur le renouvellement de ladite licence, nous avons appris que Google était « partiellement bloqué« , selon les informations rapportées par Market Watch. Un blocage qui serait d’ailleurs nettement plus marqué que d’habitude, selon nos confrères.

« Il semble que les requêtes de recherche produites par Google Suggest sont bloquées pour les internautes situés sur la Chine continentale » a déclaré une porte-parole de Google, dans un communiqué. « Les recherches classiques qui n’utilisent pas les suggestions de recherche ne sont pas affectées« . Il est cependant difficile de dire si ces difficultés sont liées à l’expiration de la licence ICP.

Les tensions entre Google et la Chine remontent à la fin 2009. À cette époque, Google fut la cible d’importantes attaques informatiques. Si Pékin a toujours nié être impliqué dans cette affaire, les enquêteurs avaient conclu que l’origine de ce piratage se trouvait quelque part en Chine.

Depuis, Google a riposté en levant les filtres censurant les résultats et est allé jusqu’à menacer de quitter le pays si les autorités ne desserraient pas leur emprise sur Internet. Un bras de fer s’est alors engagé entre la firme américaine et les autorités chinoises. Mais à ce petit jeu, il semble pour l’heure que Pékin prenne le dessus.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés