Alors que Chrome O.S. doit arriver dans quelques mois, le doute demeure sur l'identité des constructeurs qui pourront accueillir sur leurs netbooks le système d'exploitation du géant de Mountain View. En effet, Google souhaite travailler avec des firmes triées sur le volet. Et en attendant d'avoir une déclaration officielle, il semble que l'entreprise américaine s'amuse de cette situation...

Au début du mois de juin, Sundar Pichai livrait de nouvelles informations sur Chrome O.S., le futur système d’exploitation de Google à destination des netbooks. Au-delà de la date de lancement, maintenu à l’automne prochain, le responsable du développement expliquait vouloir travailler avec des partenaires triés sur le volet.

« Nous serons particulièrement sélectifs sur la façon dont nous allons nous engager sur le marché, car nous voulons offrir une grande expérience aux utilisateurs » avait-t-il justifié, ajoutant que cette prudence vise à être certain de proposer un produit capable d’exploiter au mieux les performances logicielles et matérielles des netbooks.

Depuis, la firme de Mountain View n’a toujours pas dévoilé le moindre partenaire. Du moins officiellement, car Lee Mathews de Downloadsquad a regardé du côté des dépôts du système d’exploitation afin d’obtenir un quelconque indice sur les constructeurs envisagés par Google. Et à en croire ses prospections, Dell, Acer et Hewlett-Packard seraient les trois (premières) firmes autorisées à commercialiser des netbooks sous Chrome OS.

Or, Google a manifestement eu vent de cette « fuite », puisque les fichiers concernés ont curieusement disparu du dépôt. Et il ne s’agit pas d’un retrait involontaire, puisqu’ils ont été remplacés par de nouveaux fichiers qui ne laissent guère de doutes sur l’identité du farceur. En effet, en lieu et place des fichiers Dell, Acer et HP, nous retrouvons des contenus destinés à Atari, Amiga ou encore Commodore.

Ceci étant, si ce sont bien les ingénieurs de Chrome O.S. qui sont à l’origine de cette farce, c’est d’une certaine façon un coup de pouce indirect pour la publicité du système d’exploitation. En effet, à la différence des systèmes concurrents, Chrome O.S. sera très lié à l’informatique dans les nuages.

« Rapidité, simplicité et sécurité sont les aspects clés de Google Chrome O.S. » notait la firme américaine. « Nous concevons l’O.S. pour être rapide et léger, pour démarrer et être sur le web en quelques secondes. L’interface utilisateur est minimale pour ne pas vous gêner, et l’essentiel de l’expérience utilisateur se passe sur le web« .

À croire que Chrome O.S. est suffisamment « rapide et léger » pour le lancer sur des systèmes hors-d’âge ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés