Lors de sa petite réunion avec des journalistes, l’Hadopi avait distribué début mai un point d’étape qui annonçait la création de six « Labs » censés concrétiser la « volonté d’être à l’écoute des points de vue ou suggestions exprimés par les usagers et les experts » :

  • Lab  » réseaux et techniques  » (le premier à faire l’objet d’une offre d’emploi qui a confirmé l’intérêt que porte Hadopi au filtrage)  ;
  • Lab  » économie numérique de la création  » ;
  • Lab  » usages en ligne  » ;
  • Lab  » Internet et droit  » ;
  • Lab  » éthique et société  » ;
  • Lab  » Start Up et Business Angels « 

Mardi, la Haute Autorité a fait paraître au Bulletin Officiel des annonces des marchés publics un appel d’offres pour « concevoir, développer, héberger et maintenir une plateforme Internet pour les Labs de l’hadopi« . Avare en détails, l’avis de marché dit simplement que « la plateforme sera un forum, un site Internet participatif ou tout autre outil collaboratif avec un accès public ou privé« , ce qui est très large.

On sait simplement que les candidatures doivent être reçues le 16 juin au plus tard, ce qui laisse tout juste une semaine aux prestataires intéressés pour y répondre. La plateforme devra être réalisée 4 semaines après la notification du marché, avec une date de début des prestations fixée au 19 juillet 2010.

Dans son point d’étape, l’Hadopi avait indiqué que les Labs seraient des « ateliers d’observations et de discussion en ligne et hors ligne« , et qu’ils « s’inspirent de modèles de recherche ou de construction collective sur internet qui ont déjà fait leur preuve« .

« Leur objectif est de construire des propositions qui seront le fruit d’une réflexion commune et s’appuieront sur la meilleure connaissance possible du secteur. En ce sens, ils alimenteront la réflexion et le travail du Collège de l’Hadopi, et influeront sur les actions développées par la Haute Autorité. En amont, c’est également au Collège de l’Hadopi qu’il appartiendra de déterminer les grandes orientations du travail qui sera confié aux  » Labs « « .

Si l’idée est bonne sur le papier, il faudra voir quelle sera l’influence réelle des participants aux Labs, et s’il s’agira bien de prendre en compte les observations des uns et des autres. On craint, à ce stade, que la plateforme participative fasse juste partie du plan de communication de l’Hadopi.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés