Fondé par les anciens de KaZaA et Skype, Rdio est un service musical, encore en bêta fermé, qui ambitionne de concurrencer Spotify dans le secteur de la musique en ligne. Son lancement est prévu d'ici la fin de l'année, et les premières formules commencent à s'esquisser. Un accès illimité à un catalogue de cinq millions de titres devrait être par exemple facturé 4,99 dollars par mois.

Il y a encore quelques années, personne n’aurait imaginé qu’un jour les créateurs de KaZaA négocient des accords avec l’industrie musicale. Et pour cause, l’époque où Niklas Zennstrom et Janus Friis étaient encore en charge de l’un des clients P2P les plus honnis des ayants droit n’est pas si lointaine. Et pourtant, malgré un lourd passif les deux hommes ont réussi à tisser de nouvelles relations avec les ayants droit (certes, les 115 millions de dollars versés en guise d’accord à l’amiable ont fortement contribué à l’assainissement des relations).

Depuis, les deux entrepreneurs ont eu tout le loisir de s’atteler à de nouveaux projets, moins gênants, comme Skype et Joost. Dernièrement, c’est la présentation de leur tout nouveau service, encore en bêta fermé, qui a suscité la curiosité. Intitulé Rdio, le site web promet d’être un service de musique en ligne sur abonnement, dans la même lignée que Spotify et ses formules payantes.

Si nous n’en savions pas beaucoup plus l’année dernière, les choses ont pas mal évoluées dernièrement. Pour l’heure, l’accès au service n’est possible sur invitation par e-mail. Si l’on en croit les différentes informations présentes sur le site de lancement, Rdio devrait proposer peu ou prou les mêmes fonctionnalités que les autres services du même genre. Ainsi donc, les inscrits devraient profiter de fichiers musicaux diffusés en flux continu (streaming), avec la possibilité d’acheter le titre sous format numérique pour le télécharger sur l’ordinateur.

De plus, le déploiement de clients mobiles (vraisemblablement pour les trois grands du marché, à savoir l’iPhone, Android et Blackberry) et une intégration plus ou moins poussée avec les réseaux sociaux devraient également figurer dans la liste des possibilités de Rdio. Du côté du financement, on peut escompter la mise en place d’un modèle économique de type « Freemium », avec un accès gratuit mais entrecoupé de publicités audios et visuelles et un accès payant.

Tout comme Spotify, Rdio a de grandes chances de reposer sur une technologie peer-to-peer. Reste maintenant à savoir quelle place se fera Rdio dans un secteur où il y a déjà une forte concurrence, que ce soit du côté des services d’écoute (Deezer, Jiwa, Pandora…), des applications (Spotify) et des géants informatiques (Apple et iTunes). Selon PC Mag, Rdio a ouvert des négociations avec les quatre principaux labels de musique (EMI, Sony, Universal et Warner), sans pour autant fermer la porte aux labels indépendants.

Parmi les formules avancées, nous retrouvons un abonnement à 4,99 dollars par mois pour un accès web et un abonnement à 9,99 dollars pour un accès web et mobile. Toujours selon nos confrères américains, le service permettra d’accéder à pas moins de cinq millions de titres de façon illimitée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés