Ratiatum a une réputation de site engagé, et il ne fait pas de doute que nous le sommes. Néanmoins nous ne souhaitons pas être un site fermé. Si vous souhaitez exprimer votre point de vue dans nos colonnes, fut-il totalement opposé au nôtre, les portes de Ratiatum vous sont entièrement ouvertes.

Nos attaques régulières contre la SACEM ont choqué. « Un peu de recul et d’impartialité« , nous demandait par exemple Deepsound à travers les commentaires de notre dernier article à propos de la société de gestion collective. « Je comprends la logique de Ratiatum, mais enfoncer des portes ouvertes et systématiquement taper sur les soit-disant ‘méchants’ ne fera pas avancer les choses, ajoute t-il en précisant que « ça ne fait que s’envenimer le debat, en opposant bêtement les différentes parties« .

Cela fait trois années bientôt que Ratiatum contacte régulièrement l’industrie du disque et la SACEM pour obtenir leurs commentaires et provoquer une discussion que nous souhaitons ouverte et le plus reposée possible avec les utilisateurs de P2P que nous accueillons ici-même. Trois années que nous essuyons des échecs, avec pour la SACEM le don de faire traîner sur plusieurs mois les promesses de réponses à nos demandes répétées d’interviews. L’annonce faite récemment de poursuites prévues contre les internautes par la SACEM est en cela plus irritante encore que celles lancées par l’industrie du disque. Il n’y a eu entre nous aucun échange d’idées, aucun débat, malgré nos appels répétés, et aujourd’hui c’est une guerre que les auteurs compositeurs, à travers leur organisation fédératrice, ont lancé à leur public.

Nous ne perdons pas espoir de voir un jour les acteurs de l’industrie culturelle s’exprimer ici-même (Ratiatum Magazine devrait y aider), mais dans l’attente, nous souhaitons dire à tous nos opposants ou tous ceux qui souhaitent mettre de l’eau dans notre vin que nous serons heureux de relayer leurs pensées sur Ratiatum. Nous accueillerons pareillement tous les témoignages d’artistes professionnels qui ne se reconnaissent pas dans les actions lancées par leurs organisations, ainsi que toutes autres pensées et réflexions que vous souhaiteriez apporter aux lecteurs que nous sommes.

Plus que jamais il est important qu’une discussion saine s’engage, avant que le rapport de force ne devienne incontrôlable.

Nous accueillerons avec intérêt vos écrits à l’adresse suivante :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés