L’affaire avait quelque peu scandalisé, et pas que nous. En octobre 2007, la BBC avait reçu un tuyau pour venir filmer en direct l’arrestation du dangereux criminel Alan Ellis (voir la vidéo ci-dessous). Le jeune homme qui avait 24 ans au moment des faits avait été menotté avant d’être accompagné, entouré d’agents parés d’un gilet pare-balles, vers une fourgonette. Aux côtés des policiers se trouvaient des agents de la BPI (le SNEP britannique) et la Fédération Internaitonale de l’Industrie Phonographique (IFPI). Comme s’il coulait de source que les victimes aident à l’arrestation de leurs bourreaux. Ellis était accusé par l’industrie musicale d’être l’administration du site OiNK, une communauté de fans de musique dont le principal pêché était de diffuser certains albums avant-même qu’ils soient distribués dans les bacs.

L’industrie du disque avait fait passer le site et ses administrateurs pour une véritable organisation criminelle, avant que des témoignages précis ne viennent considérablement contrebalancer la description des faits, et au contraire valorisé l’importance du site pour les musiciens eux-mêmes. Trent Reznor, le fondateur de Nine Inch Nails, avait été l’un des premiers à soutenir OiNK, dont il était membre.

L’affaire a ensuite traîné en longueurs, jusqu’à la relaxe d’Alan Ellis en janvier dernier.

Matthew Wyatt, un uploader de 17 ans accusé d’avoir rempli OinK de nouveaux albums à télécharger, vient lui aussi de connaître une fin heureuse. Le procureur britannique, faute de preuves suffisantes, a décidé d’abandonner les poursuites. Selon son avocat, l’accusation aurait fait marche arrière lorsqu’après examen d’un fichier MP3, elle s’est rendue compte qu’une empreinte numérique (watermarking) démontrait que la fuite avait pour source l’un des musiciens.

Tout ça pour ça ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés