C’est à croire que les majors du disque, dans leur croisade contre le piratage de la musique, sont coutumiers des dommages collatéraux. On se souvient par exemple de la colère d’un artiste britannique, Calvin Harris, qui a eu la désagréable surprise de voir sa propre musique être supprimée de YouTube suite à la plainte d’un ayant droit ou encore du zèle de Warner Music pour empêcher un autre musicien, Edwyn Collins, de publier ses œuvres sur sa page MySpace.

L’année dernière, lorsque nous évoquions le cas de Calvin Harris, nous nous inquiétions de l’utilisation du Digital Millennium Copyright Act (DMCA) comme d’une arme supplémentaire utilisée par les majors pour se mettre des bâtons dans les roues. Robin Wauters, l’auteur de l’article, expliquait alors que les labels de musique étaient les premiers à utiliser cette législation dédiée à la protection du droit d’auteur contre leurs concurrents.

Cependant, le ponpon risque fort de revenir à Sony Music. En effet, Mike Masnick rapporte que la maison de disques a bloqué la chaine officielle YouTube de Beyoncé pour un problème de droits d’auteur. Or, la célèbre chanteuse de R&B est justement sous contrat avec… Sony Music. Plus besoin d’utiliser le DMCA pour gêner ses concurrents, la maison de disques semble désormais occupée à se tirer elle-même une balle dans le pied. Une balle particulièrement chère au regard de la rentabilité de YouTube pour les ayants droit…

Selon Techdirt, le problème n’affecterait cependant que les utilisateurs nord-américains de YouTube.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés