C'était une vilaine épine dans le pied d'Apple. Le 27 janvier dernier, lorsque la firme de Cupertino annonçait la commercialisation prochaine de sa tablette tactile iPad, la société américaine entamait en parallèle des négociations avec Fujitsu pour récupérer la paternité de la marque commerciale. Jusqu'à cette semaine, Apple ne disposait pas de la paternité du nom.

Alors qu’Apple s’est mis en ordre de bataille pour préparer et réussir le lancement de son tout nouveau produit nomade, en coulisse se jouait un tout autre combat pour la firme de Cupertino : régler son litige avec Fujitsu afin de récupérer officiellement la marque « iPad ». En effet, lorsque la société américaine dévoilait en janvier dernier sa tablette tactile, elle ne possédait alors pas les droits sur ce nom. Jusqu’à hier, la paternité revenait à la firme japonaise qui l’avait déposé en mars 2003 pour un appareil électronique.

À quelques jours de la commercialisation de la tablette tactile sur le marché nord-américain, le temps pressait pour Apple. En début d’année, le directeur des relations publiques de Fujitsu, Masahiro Yamane, déclarait au New York Times que « ce nom est le nôtre » depuis 2002, avant d’être déposé devant l’U.S. Patent and Trademark Office l’année suivante. Cependant, cela n’a pas empêché les deux entreprises de trouver un accord pour régler le litige.

En effet, c’est le 17 mars dernier qu’a eu lieu le transfert officiel de paternité, permettant ainsi à Apple de jouir pleinement du nom iPad. Une bonne nouvelle pour Apple qui a mis en place un important plan de communication pour promouvoir la tablette tactile sous ce nom.

Apple avait connu une situation identique il y a quelques années, lors du lancement de l’iPhone. À l’époque, Cisco possédait ce nom depuis 2006, un an avant le lancement du célèbre smartphone. Le contentieux fut finalement résolu à l’amiable, permettant aux deux sociétés d’exploiter la marque partout dans le monde.

Il n’est pas rare que les grosses entreprises, lorsqu’elles trouvent qu’un nom a un fort potentiel commercial, n’hésitent pas à annoncer leur nouveau produit avec la même dénomination, quitte à régler le litige devant les tribunaux ou à l’amiable, en échange d’une conséquente somme d’argent.

Mais les péripéties d’Apple avec ce nom ne sont pas totalement finies. En effet, la société franco-italienne STMicroelectronics a elle aussi déposé en septembre 2000 la marque « iPad » devant l’OHMI (Office de l’harmonisation dans le marché intérieur), un organisme européen chargé de protéger les marques commerciales. Cela signifie que ce nom est soumis à certaines restrictions dans le secteur high-tech, au moins sur le marché européen.

Cependant, il n’est pas certain que STMicroélectronics va mener la vie dure à Apple. En effet, l’entreprise est le fournisseur d’Apple en matière d’accéléromètres. On voit mal les deux partenaires régler ce problème devant les tribunaux, même si la société européenne possède une paternité plus ancienne.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés