Vers la fin des forfaits triple-play à 29,99 euros ? C'est ce qu'a laissé entendre Xavier Niel, qui prédit une augmentation générale des abonnements de 5 euros. En cause selon lui, les taxes qui pèsent sur les FAI et les opérateurs mobiles, ainsi que l'activisme de l'UFC-Que Choisir contre Free.

Le célèbre abonnement triple-play à 29,99 euros par mois qui a contribué au succès de Free va-t-il finir par disparaitre ? C’est ce qu’a laissé entendre Xavier Niel à l’occasion de la présentation des résultats financiers d’Iliad, pour l’année écoulée. Selon le vice-président et directeur de la stratégie de l’entreprise, ce type de forfait devrait augmenter significativement dans les prochains mois.

À l’entendre, cette hausse ne se limitera pas uniquement à Free, mais concernera l’ensemble des fournisseurs d’accès à Internet. S’il n’a pas précisé le montant de la hausse pour Free, le chef d’entreprise a estimé que la hausse moyenne dans cette gamme d’offres devrait être aux alentours de 5 euros. Une prédiction plutôt étrange, dans la mesure où les résultats 2009 ont progressé par rapport à 2008.

Pour Xavier Niel, il ne faut pas chercher midi à quatorze heures. Ce sont les taxes de l’Etat et l’activisme de l’UFC-Que Choisir qui sont directement responsables de cette prochaine hausse. Dans le premier cas, c’est l’une des propositions de la commission Copé – refusée par la Commission européenne – sur le financement de la télévision publique sans publicités qui est mal passée : une taxe de 0,9 % sur le chiffre d’affaires des fournisseurs d’accès Internet et des opérateurs mobiles, pour un gain estimé à 210 millions d’euros.

Dans le second cas, la faute est à mettre au crédit des relations particulièrement tendues entre Free et l’UFC-Que Choisir. Il faut dire que l’association mène la vie dure à la société, en l’attaquant notamment sur de « nombreuses et diverses pratiques déloyales et illicites » dans la commercialisation de son accès Internet par ADSL. Ce mois-ci, l’UFC avait même dénoncé Free auprès de la CNIL et porté plainte dans la foulée.

« Contre Free, nous avons plusieurs procédures en cours relative à l’assistance téléphonique, l’offre triple play, la hotline. Une procédure au pénal est en cours d’instruction, une autre en vue de la suppression des clauses abusives et deux procédures menées par les associations locales devant les juges de proximité » avait résumé Catalina Chatellier, juriste à l’UFC.

Un dynamisme associatif qui agace manifestement Xavier Niel. « Le problème de l’UFC est qu’ils estiment qu’il y a un acteur qui fait trop parler de lui, qui est trop consumériste et qui mange un peu sur ce qu’ils font. Donc, à partir de ce moment, on va taper sur lui. L’UFC ne peut être là que si des acteurs proposent des prix élevés » a-t-il déclaré.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés