Google se prépare à partir de Chine. Alors qu’une source de la firme de Mountain View a fait savoir que Google était « à 99,9 % » sûr de ne plus exploiter bientôt le site chinois de son moteur de recherche, MSNBC assure que la censure a déjà commencé à disparaître sur Google.cn. Ses journalistes ont en effet pu accéder depuis la Chine à des contenus jusque là non référencées par Google, au sujet des manifestations de la place de Tienanmen, de l’indépendance du Tibet ou encore de mouvements dissidents régionaux.

Officiellement, Google dit ne rien avoir changé pour le moment. La firme a cependant rencontré les autorités de Pékin depuis l’annonce faite à la mi-janvier de sa volonté de ne plus censurer les résulats de son moteur de recherche, qui occupe environ 35 % de parts de marché en Chine.

C’est depuis un bras de fer avec le gouvernement, puisque selon MSNBC le retrait de Google du marché chinois permettrait certes à Baidu de conquérir les parts de marché prises par l’Américain, mais aurait un effet redoutable pour toutes les entreprises locales qui s’appuient sur les technologies de Google. « Si Google s’en va, c’est perdant-perdant. Ca n’est pas Google qui perd et les autres qui gagnent« , explique ainsi un analyste chinois.

C’est notamment le cas pour les maisons de disques. Le piratage aurait en effet chuté en Chine après le lancement de Top100.cn, un service de musique légal détenu en partie par Google, qui propose l’écoute gratuite de musique en ligne financée par la publicité. Les labels redoutent une remontée du piratage si Google fermait le service.

S’il ferme son moteur de recherche Google.cn, Google pourrait donc en revanche conserver ses activités périphériques de publicité, de cartographie, de messagerie ou de téléphonie mobile. Ce qui limiterait considérablement l’impact financier pour Google, tout en sauvegardant dans le reste du monde sa réputation d’entreprise favorable à la liberté d’expression.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés