La Chine a proposé son aide pour punir les pirates qui sont à l'origine de la vague de piratage qui a eu lieu en décembre dernier. Cependant, le pays demande à Google de fournir une preuve tangible que les attaques provenaient bien de Chine.

Les relations entre Google et la Chine sont-elles en train de s’aplanir ? Depuis février dernier, quelques déclarations de l’une et l’autre partie laissent à penser que les officiels gouvernementaux et les responsables de l’entreprise américaine veulent tourner la page de l’opération Aurora, nom donné à la vague de piratage informatique qui avait frappé une trentaine de sociétés occidentales en décembre dernier.

Le mois dernier, c’est même le co-fondateur et actuel directeur technique de la firme, Sergueï Brin, qui était monté au créneau, en déclarant vouloir trouver une solution au problème chinois face à la libre circulation des informations. « Je veux trouver un moyen de travailler au sein du réseau chinois afin d’apporter l’information aux internautes » avait-il affirmé ors de la conférence annuelle du TED, à Long Beach en Californie.

Cette fois, c’est au tour du ministre chinois de l’industrie et de la technologie de l’information, Li Yizhong, de faire un pas en direction du géant du web. « Si Google a eu la preuve que les attaques informatiques provenaient de Chine, le gouvernement chinois invite la société à fournir l’information et punira avec sévèrement les responsables en vertu de la loi« , selon des propos rapportés par l’agence de presse officielle Chine Nouvelle.

Google a donc toutes les cartes en main pour décider des suites à donner à ce dossier. Cependant, plusieurs sources chinoises ont laissé entendre que la firme américaine ne devrait pas aller au-delà des simples discours. Pour l’heure, aucune plainte n’a été déposée pour les attaques informatiques de décembre dernier. Par ailleurs, Google n’a pas non plus pris la moindre démarche pour mettre fin à ses activités dans l’Empire du Milieu. Un grand coup de bluff ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés