Combien de fois a t-on entendu Pascal Nègre nous répéter que le prix actuel d'un CD est incompressible ? Il semble pourtant que non, puisque Universal Music France dont il est président a décidé de faire maigrir les prix de ses CD 2 titres de 25%.

« A partir [du] lundi 18 octobre, tous les CD singles d’Universal Music seront proposés à la vente au prix public maximum conseillé de 3,99 euros« , a indiqué la major dans un communiqué publié hier par l’AFP. Jusqu’à présent, les prix oscillaient autour de 5,30 euros.

La décision d’Universal Music France n’est pas surprenante. Entre les premiers semestres 2003 et 2004, les ventes de singles ont chuté de 31,6 % en valeur, et de 26 % en volume. Le groupe espère ainsi redresser les ventes de ses CD deux titres, suivant en cela l’exemple du marché britannique des singles qui après avoir essuyé une baisse du même ordre, s’est revitalisé de +6,4 % au second semestre 2004. Outre-manche, treize des vingt best-sellers sur la période d’avril à juin 2004 ont été des CD deux-titres vendus à â£1,99, c’est-à-dire 3 euros.

Universal Music est donc encore un euro au dessus du prix pratiqué sur les best-sellers britanniques. Mais Pascal Nègre pense que « grâce à ce prix très bas, l’accès à l’objet disque sera facilité« , profitant bien sûr de l’occasion pour dénoncer une nouvelle fois le P2P : « C’est aussi un signal fort à l’adresse des jeunes consommateurs parfois séduits par les téléchargements illégaux« .

Quelle est ainsi la baisse des prix sur les albums, qui ont eux aussi essuyé une baisse de 20,9 % en volume, et qui pourraient grâce à leurs livrets avoir un véritable pouvoir séducteur par rapport au MP3 ?

Zéro.

Nada.

Niente.

On attendra la prochaine annonce pour féliciter Universal d’un mouvement toutefois bien plus positif et constuctif que les intolérables plaintes lancées contre des individus « pour l’exemple »…

(merci à Fran pour l’information)

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés