Dans un communiqué, l'autorité des télécoms a annoncé que la décision d'attribuer ou non la quatrième licence 3G à Free sera rendu dans les prochains jours. Cependant, si Free obtient effectivement l'aval de l'ARCEP, il lui faudra encore du temps pour mettre en place son réseau et des offres crédibles.

C’est désormais officiel. Dans un communiqué publié hier, l’ARCEP a annoncé que le résultat de la procédure d’appel à candidatures sera rendu avant la fin de l’année 2009. Dès lors, nous saurons si le gendarme des télécoms accepte d’attribuer la quatrième licence 3G à Free, seul opérateur encore dans la course. En effet, le dernier candidat crédible, Virgin Mobile, s’était désisté fin octobre, estimant les risques financiers trop importants.

Comme prévu, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes a auditionné Free Mobile, conformément à l’usage. « Dans le cadre des procédures d’appel à candidatures pour la délivrance d’autorisations d’utilisation de fréquences, il est d’usage que l’ARCEP auditionne les sociétés candidates » explique ainsi le communiqué de presse.

Cette étape sera donc la dernière, puisque l’ARCEP avait déclaré le 10 novembre dernier que le dossier de candidature déposé par Free était recevable. « L’ARCEP constate que le dossier déposé par la société Free mobile est recevable, c’est-à-dire qu’il a été déposé dans les délais impartis, contient tous les éléments requis pour son instruction, et est rédigé en français » avait alors estimé l’instance de régulation.

Rappelons d’ailleurs que lors de la rencontre internationale de l’IDATE, les rumeurs allaient bon train au sujet de Free et de la quatrième licence 3G. Selon différentes sources concordantes, puisque l’ARCEP n’avait qu’un seul dossier à examiner, la procédure allait rapidement être expédiée, bien avant la fin de l’année. Certains ayant même avancé la date du 17 décembre prochain.

À moins d’une surprise, Free a de grandes chances de décrocher ce précieux sésame. Cependant, les futurs clients du quatrième opérateur 3G devront prendre leur mal en patience, le temps que la société prépare son réseau et ses offres. Sans compter l’intervention éventuelle de Nicolas Sarkozy. Celui-ci déclarait il y a encore quelques semaines être  » assez réservé sur le choix d’un quatrième opérateur mobile « , estimant que « le prix le plus bas n’est pas forcément le meilleur ».

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés