Distancé par Facebook, MySpace a décidé de se spécialiser dans la musique en ligne. Après le rachat d'iLike il y a quelques mois, le réseau social a acquis Imeem ces jours-ci et a signé un accord avec les labels indépendants.

La mutation de MySpace en un portail social exclusivement centré autour de la musique se poursuit. Largement battu par Facebook cette année (les deux réseaux communautaires enregistrent un écart de plus de 200 millions de profils), le service créé par Tom Anderson et Chris DeWolfe a donc pris une nouvelle orientation depuis plusieurs semaines, en capitalisant sur son point fort, la musique.

Preuve en est avec l’acquisition récente d’Imeem, un service dédié à la musique, pour 8 millions de dollars, dont un million en cash. En proie à de graves difficultés financières, Imeem s’était rendu célèbre en proposant gratuitement l’écoute et le partage de morceaux de musique en streaming. Cependant, le modèle publicitaire dans lequel le service avait placé beaucoup d’espoir ne s’est malheureusement pas montré à la hauteur pour soutenir l’activité. Financé par plusieurs investisseurs qui ont investi plus de 30 millions de dollars lors de son lancement, Imeem a vu sa valeur fondre comme neige au soleil au fil des ans.

Alors que de nombreux services ont fait le pari du tout gratuit en se finançant exclusivement par la publicité, ce rachat est donc un terrible constat d’échec. Après iLike en août dernier pour 10 millions de dollars, cette nouvelle acquisition révèle la grande fragilité de ce modèle économique. Quel avenir désormais pour Imeem ? Selon CNET, le service d’écoute pourrait très bien lancer un accès payant pour redresser la barre. Mais alors, cela pourrait à terme sonner le glas des services de streaming uniquement basés sur un modèle gratuit et irrigués par la publicité.

Par ailleurs, nos confrères d’Electron Libre ont rapporté la signature d’un accord entre MySpace Music, une co-entreprise regroupant MySpace et les quatre principales maisons de disque, et Merlin Network, un organisme représentant plus de 12 000 labels indépendants dans le monde. Si le détail de l’accord n’est pas connu, nous savons d’ores et déjà qu’un représentant de Merlin Network siégera au conseil d’administration de MySpace Music, tandis que les labels indépendants bénéficieront des mêmes conditions que les membres de l’organisme.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés