SRI International, connus pour avoir été les premiers à faire la démonstration d'une souris pour ordinateur, planchent aujourd'hui sur un réseau peer to peer adapté aux communications téléphoniques par cellulaires. Si le pari était gagné, cette technologie permettrait de s'affranchir des antennes relais et de baisser considérablement le prix des communications.

SRI a ainsi développé un logiciel qui, une fois implémenté dans un périphérique portable, permet au périphérique de continuer à communiquer même si le réseau s’est écroulé. Le signal passe de téléphone en téléphone pour arriver au destinataire final. Même si en théorie le signal peut se propager sur plusieurs milliers de kilomètres à travers les téléphones abritant le logiciel PacketHop, la technologie paraît plus adaptée aux appels de courte distance.

D’après Peter Marcotullio, directeur chez SRI, PacketHop permettrait de rendre le réseau plus robuste et « permet aux gens de communiquer directement sans devoir payer pour une infrastructure ». Autant dire qu’ils représentent une menace réelle pour les opérateurs téléphoniques, car même si des technologies similaires ont déjà été abordées, celle-ci est la première à s’affranchir totalement des tours de relais qui permettent aux opérateurs de tracer les appels de leurs clients pour les facturer ensuite.

Toutefois selon d’autres compagnies qui travaillent sur l’amélioration des téléphones cellulaires, le logiciel de SRI n’est pas réaliste. Selon LGC Wireless d’abord, les téléphones n’ont pas la puissance suffisante pour relayer un signal assez loin (moins d’un watt chacun). ArrayComm critique pour sa part le fait que la qualité des communications ne seraient plus dépendantes que des seuls utilisateurs et non des opérateurs, et souhaiterait voire ainsi se développée une technologie à cheval sur les deux systèmes.

Mais SRI a déjà fait plusieurs fois la preuve dans le passé de sa capacité à inover dans le domaine des communications, et ce peer to peer appliqué aux téléphones mobiles pourrait bien le démontrer encore une fois.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés