Après avoir interdit à ses fonctionnaires d'utiliser des logiciels de P2P sur leur lieu de travail, Arnold Schwarzenegger a signé mardi une loi ordonnant aux citoyens californiens de communiquer leur adresse e-mail avant de diffuser des films ou de la musique. Outre l'inutilité d'une telle mesure, celle-ci démontre encore une fois la main mise d'Hollywood sur la politique californienne. Pourtant, un premier projet est déjà lancé pour faire respecter la loi sur BitTorrent.

Ne pas communiquer son e-mail avant d’utiliser Kazaa sera désormais considéré comme un délit en Californie. Les autorités pensent ainsi pouvoir traquer plus facilement ceux qui se prêtent au piratage par les réseaux P2P. La loi signée par le gouverneur qui incarne Terminator au grand écran a été promue par la MPAA, l’association américaine des studios de cinéma. Mais pas seulement. Le texte a également été soutenu par la Guilde des Acteurs de Cinéma, dont Schwarzenegger est encore membre.

Une belle preuve d’indépendance et de démocratie de la part de celui qui soutient George Bush dans sa campagne électorale.

Bien sûr, il s’agit d’une mesure dangereuse pour la préservation de la vie privée des internautes américains, et certains opposants comme l’EFF ou l’American Civil Liberties Union n’ont pas manqué de le rappeler. Mais au delà, la loi est sans doute dangereuse pour la sécurité juridique des individus. N’importe qui peut créer une adresse e-mail en donnant comme vraie identité celle de son voisin, ou indiquer au logiciel une adresse qui n’est en fait pas la sienne. Depuis quand une adresse e-mail joue t-elle le même rôle qu’une signature électronique ?

Tout cela est bien ridicule, mais ridiculement vrai.

Projet d’implantation de la loi sur BitTorrent

John Hoffman, développeur influent sur BitTorrent (à l’origine de BitTornado, anciennement The Shad0w), a proposé hier un premier protocole permettant de faire respecter la loi de Terminator sur le réseau de Bram Cohen.

Néanmoins, il ne semble pas tout à fait d’accord avec l’esprit de la loi. Hoffman propose en effet que l’adresse e-mail donnée par défaut par le logiciel soit « blow.me.ahnold@kalifornia.com ». Nous nous abstiendrons de toute traduction…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés