Les protections anti-copies intégrées à certains disques n'empêchent bien souvent pas la gravure ou la propagation des morceaux sur Internet. Au mieux elles la retardent de quelques jours. Devant ce constat, les majors demandent à Microsoft d'intégrer au noyau du futur Windows des systèmes anti-copies pour leurs produits.

C’est un fait, les protections qu’apposent certaines majors sur les disques sont bien souvent un casse-tête pour les consommateurs, mais ce serait un moindre mal si leur efficacité était réelle. Pire encore, la lecture plus qu’aléatoire de certains CD protégés a surtout rapporté des ennuis judiciaires à leurs promoteurs.

Les systèmes actuels sont basés sur des systèmes parfois plus proches de Mac Gyver que d’une vraie protection. Parfois, une piste sciemment incorrecte ou des erreurs volontaires indisposent l’extraction numérique, parfois un logiciel présent sur le CD se lance afin de s’installer et d’empêcher l’extraction des pistes audio. Dans tous les cas, il est possible de passer outre.

Les grandes maisons de disques sont donc en discussion avec le géant de Redmond afin de lui demander d’intégrer à son futur système d’exploitation des systèmes rendant impossible le piratage des disques. Emmenées par les dirigeants de EMI, elles creént une liste des fonctions de protection qu’elle souhaiteraient voir ajoutés au coeur de Longhorn afin qu’elles ne soient pas contournables. Parmi elles, un système qui intégrerait au CD des instructions reconnues par le système dés l’insertion du media, instructions qui limiteraient le nombre de copies, les modalités d’encodage voire d’écoute ! Tout cela sera débattu le 20 septembre lors d’une rencontre entre ces acteurs.

Cependant, il faut se rappeler que les maisons de disques sont loins d’être unanimes sur l’usage des protections de CD. Certaines ont d’ailleurs renoncé à ce moyen qui s’il est inefficace n’en demeure pas moins coûteux. Là encore, des désaccords risquent de voir le jour, certains groupes n’étant pas prêts à voir leur contenus enfermés dans une technologie propriétaire Microsoft sans être assurés que cela ne leur nuira pas. En effet, si cette intégration doit poser trop de contraintes aux utilisateurs, il y a un risque qu’ils se détournent de ces médias trop compliqués à utiliser.

David Munns, directeur d’EMI en Amérique du Nord revendique « la fin de la confusion chez les consommateurs et une utilisation plus facile » » grâce à cette intégration.

Cependant, il ne faudrait pas oublier que Longhorn ne cesse d’être retardé et est encore loin d’être sur les machines. Actuellement, 2006 est la date prévue par Microsoft, et encore à cette date Longhorn sera lancé « tronqué ». D’ici là, bien des évolutions sont encore possibles, et bien des habitudes ont le temps d’être prises …

De plus, quid des autre systèmes d’exploitation ? Des discussions sont en cours avec Apple, mais faudra-t-il un système « majoritaire » pour pouvoir lire les CD audio des big four ? Et quid de l’interopérabilité ? Microsoft recommandait encore récemment de passer par la gravure d’un CD et un réencodage pour pouvoir passer outre les DRM de son format et lire sa musique sur l’iPod.

Affaire à suivre donc …

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés