Les déclarations de la PDG de Yahoo! tranchent avec ce que nous avons l'habitude d'entendre dans le domaine-clé de la recherche sur Internet, notamment en raison des recettes publicitaires potentielles. Toutefois, le récent partenariat avec Microsoft incite à croire que Yahoo! se repositionne juste, sans pour autant perdre une miette du gâteau...

Serait-ce pour mieux justifier le rapprochement entre Microsoft et Bing ? En tout cas, dans un secteur concurrentiel et stratégique, les propos de Carol Bartz, la présidente du groupe Yahoo ! tranchent radicalement avec ce que nous avions l’habitude d’entendre. Pour la PDG, « Yahoo n’a jamais été spécialisée dans la recherche sur Internet » a-t-elle déclaré au journaliste Ashlee Vence.

Aux yeux de Carol Bartz, la possibilité d’effectuer une recherche depuis le portail de la société n’était qu’une fonctionnalité permettant aux internautes les plus curieux d’étendre leur recherche après la lecture d’un sujet ou la diffusion d’une vidéo. À en croire ses propos, jamais il n’a été question de concurrencer de front des sociétés comme Google ou Microsoft avec Live Search ou Bing.

Pourtant, au regard de l’histoire de Yahoo !, les déclarations de Carol Bartz seraient surtout pour mieux justifier l’accord avec Microsoft dans ce domaine-clé, en particulier pour les recettes publicitaires. En effet, Yahoo ! est présent sur Internet depuis 1995. Or, très tôt, le site s’est retrouvé en bonne position pour la recherche sur le web, au point d’intégrer les résultats du jeune Google de l’époque à ses résultats. La croissance de ce dernier devenant rapidement problématique, l’association entre Yahoo ! et Google se termina néanmoins quelques années plus tard, en 2004.

En se basant désormais sur Bing, dont l’utilisation semble en hausse, notamment aux États-Unis, et les retours globalement positifs, Yahoo ! se recentrerait donc sur son portail de services, tout en récupérant une part du gâteau des recettes publicitaires. Cela reste très profitable pour Yahoo ! estime la PDG de l’entreprise : 20 % de la recherche web passent par le portail. Un chiffre jugé viable pour que ce nouvel accord soit très intéressant.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés