Alors que Windows 7 devrait être commercialisé dans quelques mois, Microsoft prépare déjà son prochain coup avec Windows 8, son nom provisoire. Selon un graphique présenté lors d'une conférence en Italie, l'entreprise américaine va réduire les cycles de ses OS pour les ramener à trois ans entre chaque nouveau produit. Selon ce nouveau planning, Windows 8 serait alors prévu pour 2012.

Windows Seven pour 2009 et Windows 8 pour 2012 ? Si l’on en croit une conférence récente de Microsoft en Italie, le nouveau rythme des systèmes d’exploitation serait de trois ans, et non plus cinq ans comme l’a été celui de Vista. Alors que le nouvel OS de Redmond commence tout juste à pointer le bout de son nez, les ingénieurs de la firme américaine devraient donc revenir à un cycle de vie plus court et plus dynamique.

Jusqu’à présent, le développement, le lancement et l’exploitation des derniers OS de Microsoft ont connu des phases plutôt longues : Windows XP et Vista sont ainsi sortis respectivement le 21 octobre 2001 et le 30 janvier 2007. Avec la sortie prochaine de Windows 7 (la commercialisation étant prévue pour le 22 octobre 2009), le prochain OS doit donc être d’ores et déjà sur les rails. Mais un rythme plus serré ne va-t-il pas affecter le développement du prochain grand projet de Microsoft ?

En effet, Windows Seven est considéré comme le système d’exploitation tel qu’aurait dû être Windows Vista. En clair, ce nouvel OS sera surtout un Vista « amélioré, bien qu’il apportera inévitablement des nouveautés : le coeur du système sera néanmoins très proche de l’OS actuel ; l’amélioration portera surtout sur l' »expérience utilisateur ».

En revanche, le développement de Windows 8 sera axé autour de la technicité du système. De nombreuses hypothèses circulent, comme l’abandon de l’installation classique sur le disque dur au profit d’une sorte d’interface web constamment à jour. Ainsi, l’OS serait très peu dépendant de la configuration de l’ordinateur.

Windows 8 devrait donc être radicalement différent d’un Vista ou d’un Seven. Pour autant, en réduisant les cycles de développement à trois ans, on peut s’inquiéter des capacités de Microsoft à tenir ce pari… à moins que son développement ne soit déjà à un stade avancé, comme le suppose l’observatrice de Microsoft Mary-Jo Foley.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés