Après une peine de prison et une longue période en liberté conditionnelle, l'ancien administrateur d'EliteTorrents a finalement été relâché. En mai 2005, le jeune homme et certains membres de son équipe furent condamnés pour avoir mis en ligne une version du film américain Star Wars Episode III. Dans un entretien, Scott McCausland témoigne de cette période trouble.

C’est un beau témoignage que nous rapporte TorrentFreak. Après avoir été emprisonné pour son rôle dans la mise en ligne d’une version de travail (pre-release) de Star Wars Episode III en mai 2005, l’administrateur du tracker BitTorrent EliteTorrents est désormais un homme libre. Il y a environ trois semaines, Scott a été retiré de la liste de surveillance du gouvernement américain.

Ce qui est certain, c’est que ce n’est définitivement pas un euphémisme de dire que les dernières années pour Scott McCausland (connu sous le pseudonyme skot) ont été particulièrement difficiles. L’ancien administrateur du tracker BitTorrent EliteTorrentz a en effet mis en ligne une copie du blockbuster américain Star Wars Episode III en 2005. Résultat, lui et d’autres membres de son équipe ont été traqués et arrêtés par le FBI.

Environ un an plus tard, en septembre 2006, Scott plaide coupable pour deux charges. Pour son « crime », Scott écope alors de 5 mois de prison et de 5 mois d’assignation à domicile. Mais à l’issue de ces dix mois très contraignants, sa libération n’était pas encore acquise. En 2007, Scott a dû ainsi vivre avec le port constant d’un bracelet électronique à sa cheville pour surveiller tout ses mouvements. De plus, un logiciel spécial a été mis en place sur son ordinateur, l’obligeant à migrer sous Windows alors qu’il avait depuis toujours une nette préférence pour Ubuntu.

Dans les mois qui ont suivi, Scott a partagé publiquement son quotidien sur son blog, parfois avec une certaine lassitude, souvent avec une grande exaspération, car il n’a jamais vraiment compris pourquoi les peines prononcées furent si lourdes alors qu’il n’avait mis qu’un seul film en ligne. En fin de compte, il y a trois semaines Scott a été retiré de la liste gouvernementale ; à partir de là, la liberté conditionnelle prenait fin et le jeune homme pouvait goûter à nouveau à des choses que nous considérons tous comme acquises… comme avoir le droit d’utiliser Ubuntu plutôt que Windows !

« J’ai officiellement quitté ma liberté conditionnelle le 12 juillet dernier » a-t-il confié au site web, ravi de pouvoir transmettre un message à ses amis et aux lecteurs qui ont suivi cette affaire. « Je n’ai pas eu l’esprit clair depuis le 25 mai 2005. Plus de quatre ans de ce que je peux considérer comme la pire période de toute ma vie » a-t-il ajouté. Si pour de nombreuses personnes, cette affaire semble toute proche, Scott a avoué avoir eu le sentiment qu’une éternité s’était écoulée depuis sa capture.

Désormais, le jeune homme souhaite se recentrer sur d’autres préoccupations « je vais mettre l’accent sur ma famille. Nous avons acheté une maison en novembre, alors que j’étais toujours assigné à domicile. Je travaille dans un collège local comme responsable en charge de la gestion intégrée (ERP – Entreprise Resource Planning), notamment Oracle, et je pratique toujours des arts-martiaux, comme le Jiu-Jitsu brésilien et le MMA« .

Ensuite, le jeune homme a d’autres ambitions : « j’espère pouvoir retourner en cours le printemps prochain pour mon MBA (Master of Business Administration, un diplôme d’études supérieures en management). Et je vais également me marier en mai 2010« . Scott a également insisté sur le fait qu’il avait la conviction que son histoire ne méritait pas davantage de traitement, donc il va saisir l’opportunité de sa nouvelle vie pour retourner à l’anonymat.

« C’est sans doute la dernière fois que la plupart d’entre vous vont entendre parler de moi – bien qu’il y ait un domaine skot.com. La grosse majorité d’entre vous a été très sympathique et solidaire… donc, merci à vous tous pour ce soutien et pour ceux qui s’en moquent… merci également« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés