Après avoir envisagé de commercialiser un Windows "nu", Microsoft a présenté une nouvelle proposition à la Commission européenne. Lors du premier démarrage de Windows 7, l'utilisateur découvrira une page présentant les principaux navigateurs web sur le marché, avec pour chacun lien menant directement vers le serveur de l'éditeur pour l'installer.

C’est une concession majeure de la part de Microsoft. Après des années de procédures judiciaires, d’amendes et de recours, l’entreprise américaine a finalement décidé de se plier aux exigences de l’Union européenne. La firme de Redmond proposera donc d’autres navigateurs web dans son prochain système d’exploitation, en plus de l’inévitable Internet Explorer 8. Toutefois, si Microsoft fait un pas important vers une concurrence plus loyale entre les différents acteurs du marché, il n’ira tout de même pas jusqu’à les installer par défaut sur son système d’exploitation.

Concrètement, si la Commission européenne donne son feu vert pour une telle solution, Microsoft présentera les différentes offres existantes lors du premier démarrage de l’ordinateur. Une fois le choix effectué, Windows se connectera au serveur de l’éditeur et ce sera à l’utilisateur que reviendra l’installation finale du logiciel. Par contre, dans la mesure où il existe des dizaines de navigateurs web, un critère sera mis en place pour éviter de présenter une trop longue liste à l’utilisateur.

Selon une source proche du dossier, il faudra tout simplement que la part de marché européenne du navigateur dépasse les 0,5 %, sans tenir comptes des différentes versions. Ainsi, il est donc très vraisemblable qu’en plus d’Internet Explorer 8 figure Mozilla Firefox, Google Chrome, Opera et Safari. En tout, une petite dizaine de navigateurs seront proposés, mais seulement cinq d’entre eux bénéficieront d’une mise en avant. En ce qui concerne IE8, il sera possible de le désinstaller via le panneau de configuration.

C’est donc la fin de la vente liée d’Internet Explorer avec Windows. En effet, si Windows 7 proposera ce choix aux utilisateurs dès le 22 octobre 2009, date du lancement commercial du système d’exploitation, l’entreprise américaine prévoit aussi d’appliquer cette mesure à Windows XP et Vista. L’écran de connexion s’affichera une fois la mise à jour via Windows Uptade effectuée.

Cette solution a donc a priori toutes les chances de remporter les faveurs de la Commission européenne, en tout cas plus que la proposition précédente de fournir un système d’exploitation complètement « nu », c’est-à-dire dépourvu de tout navigateur web.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés