Tim Berners-Lee, à l'occasion des vingt ans du web, a mis en garde les pouvoirs publics contre la tentation toujours très forte de contrôler davantage le web. Si l'inventeur du WWW comprend que l'Etat a parfois besoin d'intervenir, cela doit se faire de façon très encadrée et ponctuelle.

Cela ressemble presque à un voeu pieux. Mais ces derniers mois, Internet a été davantage perçu comme une menace pour les gouvernements que comme une opportunité. Alors qu’il y a vingt ans Time Berners-Lee esquissait les premiers schémas du World Wide Web (plus spécifiquement le protocole HTTP et l’hypertexte), le père du Web a rappelé lors d’une conférence organisée par la BBC pour célébrer les vingt ans du web les menaces qui pèsent sur le Réseau des réseaux, avec l’inévitable tentation de la censure.

L’actualité du web en Occident ou ailleurs n’est d’ailleurs pas toujours rose. De nombreux projets visant à filtrer le contenu ou les échanges fleurissent un peu partout, même dans des pays où la démocratie est bien ancrée, comme en Allemagne, en Australie ou encore en France où de nombreux acronymes se bousculent et suscitent de nombreuses craintes, justifiées ou non (HERISSON, LOPPSI, HADOPI 2). Et ne parlons pas des pays comme l’Iran ou la Chine où la situation est bien pire, avec pour le premier un verrouillage systématique des réseaux pour éviter davantage de troubles suite aux élections présidentielles et dans l’autre l’objectif annoncé d’installer un logiciel de filtrage dans chaque ordinateur vendu en Chine continentale.

C’est donc dans ce contexte un peu incertain pour le développement du web que Tim Berners-Lee a tenu à rappeler les avantages de laisser une certaine souplesse au réseau. « Internet doit être comme une feuille de papier. Tout comme les pouvoirs publics ou une entreprise ne peuvent pas imposer de règles aux gens sur ce qu’ils peuvent écrire sur cette page, les internautes ne peuvent pas être limités dans la matière dont ils veulent utiliser le web » a-t-il déclaré.

Si Tim Berners-Lee conçoit le besoin pour les pouvoirs publics de pouvoir intervenir sur Internet pour lutter contre les abus, cela doit se faire de façon ponctuelle et encadrée. « Lorsque vous utilisez Internet il est important que cet outil ne soit pas préconfiguré avec des limites » a-t-il ajouté. Pour autant, l’inventeur du WWW estime que malgré tout, l’internaute finira par triompher, l’ouverture prenant le pas sur la fermeture ou la censure.

« Au fil des années l’Internet saura contourner la censure et la liberté triomphera, mais ce ne sera pas un chemin facile » a-t-il conclu. Au regard des solutions toujours plus nombreuses pour se préserver, partager ou communiquer en ligne, nous ne pouvons que lui donner raison. Voir son intervention en vidéo (anglais) :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés