Ce matin, les journaux n’ont retenu qu’une chose du remaniement ministériel annoncé mardi soir par l’Elysée : le coup politique porté contre les socialistes par la nomination d’un Mitterrand au gouvernement. Mais le socialiste Christian Paul refuse de se laisser attendrir par le neveu du seul président de gauche de la cinquième République. Tout Mitterrand qu’il soit, il devra mettre fin aux désirs de riposte graduée de la rue de Valois, ou en tirer les conséquences.

« A l’évidence, il n’y a pas d’état de grâce, juste quelques heures pour réparer une erreur historique« , prévient ainsi le député PS dans un communiqué. Alors que le nouveau ministre de la Culture présente ce matin en Conseil des ministres le texte complémentaire à l’Hadopi préparé par Christine Albanel, Christian Paul explique à Frédéric Mitterrand que « Hadopi 2 est une provocation, un indécent passage en force, qui entretient une illusion sécuritaire auprès des artistes sans apporter un début de réponse au financement de la création« .

« Le nouveau ministre doit prendre la mesure de la révolution numérique, la saisir comme une chance et ne plus en faire un cauchemar« , demande Christian Paul. « Homme de culture, probablement peu enclin à encourager la surveillance généralisée de l’internet, le nouveau ministre serait bien inspirée de proposer un  » arrêt sur image « , un moratoire, pour engager enfin avec tous la concertation qui a terriblement manqué. Vite, des Etats-généraux de la création à l’âge numérique, pour sortir de l’impasse Hadopi !« .

Il reste, malgré tout, impossible d’imaginer que Frédéric Mitterrand n’a pas été choisi par Nicolas Sarkozy avec l’ordre de parfaire la mission de Christine Albanel et de défendre « jusqu’au bout » la riposte graduée. En acceptant le poste de la rue de Valois, Mitterrand a nécessairement accepté d’y aller sans aucune marge de manœuvre concernant la lutte contre le piratage et le renforcement des droits d’auteur. Nicolas Sarkozy veut s’obstiner, et Frédéric Mitterrand s’obstinera avec lui, comme l’a fait Christine Albanel.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés