Diffusé gratuitement à la télévision et sur Internet, le film Home de Yann Arthus-Bertrand est depuis deux semaines en tête des ventes sur le site de la FNAC.

Et si Home avait été pour Luc Besson un formidable moyen d’expérimenter son souhait de casser la chronologie des médias et de voir l’impact sur la consommation des films ? Le très médiatisé long métrage de Yann Arthus-Bertrand, co-produit par Luc Besson, a été regardé par plus de 8 millions de téléspectateurs le 5 juin dernier. Très mal diffusé en salles (seulement 18 copies à Paris), le film est tout de même arrivé la semaine dernière 9ème du Box Office. Il a aussi été beaucoup regardé gratuitement sur Internet, soit sur YouTube où il était diffusé légalement, soit via BitTorrent où il a été largement redistribué malgré les interdictions et les « protections » mises en place.

Si l’on suit le language habituel des lobbys du droit d’auteur, une telle masse de diffusions gratuites devrait annihiler toutes les chances du film de bien se vendre. Et pourtant, deux semaines après sa diffusion, Home est toujours en tête des ventes de DVD et Blu-Ray sur la FNAC. Etrangement, il ne semble pas distribué sur Amazon ou d’autres sites de vente en ligne, comme si le groupe PPR, qui a financé la production de Home, avait réservé l’exclusivité de sa distribution en ligne à sa propre filiale.

Le succès commercial du film s’explique bien sûr par sa notoriété, mais aussi par le prix de vente des DVD et Blu-Ray, beaucoup plus bas que l’ordinaire. Les DVD sont en effet vendus 4,99 €, et les Blu-Ray 9,99 €.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés