Jon Newton, l'éditeur de notre confrère anglophone P2Pnet.net avec qui nous échangeons nos points de vue et avec qui nous annoncerons bientôt une nouvelle forme de collaboration, continue de nous tenir informé de ce qui se passe du côté ouest de notre océan Atlantique. Au menu du jour : un nouvel exemple du lobbyisme de la RIAA.

Le 1er Juillet marquera demain la cérémonie d’installation de l’Association des Avocats du District de Californie (CDAA) où seront remis petits fours et prix d’honneur au moment où les membres de la CDAA et de son conseil d’administration seront installés.

Il s’agit d’un évènement très important pour les aigles juridiques de l’Etat de Californie où le Terminator, Arnold Schwarzenegger, est gouverneur.

Et devinez qui paye pour une partie de la cérémonie de la CDAA ? La RIAA (l’association américaine de l’industry du disque).

Hé oui. La RIAA accueille la réception du banquet et sert à boire pour tout le monde, comme on peut le vérifier sur le site de la CDAA.

Et la RIAA distribuera également quelques CD gratuitement (au moins les avocats ne les pirateront pas).

Mais…

Pourrait-il s’agir d’une sorte de conflit d’intérêt ? Cela pourrait-il avoir de l’influence sur le sort des personnes poursuivies par la RIAA en Californie ?

Cependant ça ne devrait pas être une surprise puisque la petite communauté des hommes de droit de Californie ont des relations très « cosy » avec les studios, pour ne pas dire avec les maisons de disque.

Une récente lettre de l’avocat général de Californie Bill Lockyer adressée à ses confrères avait été écrite par Vans Stevensons, un lobbyste de la MPAA (L’association américaine de l’industrie cinématographique) très proche de Jack Valenti, le big boss d’Hollywood.

Vive Hollywood !

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés