Nous ne disons pas souvent du bien de ceux qui dirigent les grandes industries hollywoodiennes, mais faisons y exception. A 83 ans, le très puissant lobbyiste Jack Valenti, patron de la Motion Picture Association of America depuis 1966, mettra bientôt son influence au service de la lutte contre des maladies comme le SIDA.

Nous savions que Jack Valenti devait démissionner cet été de son antique poste de directeur de la MPAA. Visiblement, le plus puissant lobbyiste pro-copyright de la planète ne se satisfait toutefois pas d’une retraite paisible à jouer au Scrabble avec ses petits enfants, et c’est tant mieux.

Aussitôt sa démission effective, Valenti prendra la tête d’un nouveau groupe à but non lucratif, Friends of the Global Fight, dédié au financement de la lutte contre le SIDA, la tuberculose et la malaria. Le groupe souhaite encourager les actions concrètes auprès des américains. Ne reniant pas son attachement au cinéma, un court-métrage baptisé « Hope to Fight For » (L’espoir de se battre) a déjà été commandité par Valenti pour montrer les défis posés par les trois maladies. C’est l’acteur Tom Hanks qui fait la narration de ce film qui sera montré en public au moment où Valenti officialisera sa prise de fonction.

Le leader des studios d’Hollywood a indiqué que son objectif le plus concret était de fournir un antirétroviral à tous ceux atteints du SIDA. Sa puissance et son carnet d’adresses pourraient être très utiles à la lutte mondiale contre ces maladies.

Et si notre Pascal Nègre national en faisait de même ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés