Le procureur du tribunal fédéral de Los Angeles a requis six mois d'emprisonnement contre le bloggeur américain Kevin Cogill, qui avait diffusé sur son blog de critique musicale neuf chansons inédites des Guns N' Roses.

Il avait été arrêté arme au poing par le FBI, qui l’avait considéré comme un dangereux criminel nuisible pour la société tout entière. Le procureur semble être sur la même ligne. Kevin Cogill, qui avait diffusé sur son blog 9 chansons du nouvel album des Guns N’ Roses avant la sortie officielle, risque désormais de se retrouver en cellule, en compagnie de violeurs, dealers et autres braqueurs. Le tribunal fédéral de Los Angeles a requis 6 mois d’emprisonnement contre le bloggeur, qui pensait simplement faire découvrir en avant-première le nouvel album aux fans de Guns N’ Roses.

Cogill avait diffusé neuf des quatorze titres de Chinese Democracy dès le 18 juin, alors que l’album attendu depuis 17 ans par les fans ne devait sortir que le 23 novembre. « Rendre une œuvre inédite disponible au public du monde entier sur Internet où elle peut être copiée sans limite est l’une des formes les plus insidieuses de contrefaçon« , a indiqué le procureur Craig H. Missakian. « Une fois publiée, il est pratiquement impossible d’empêcher la dissémination illimitée de l’œuvre« .

Le parquet a estimé que le préjudice financier subi par le groupe et sa maison de disques s’élevait à 371.622 $, tandis que la RIAA estime que la fuite a coûté 2,2 millions de dollars de manque à gagner. Pour parvenir à ces chiffres, ils ont multiplié le nombre de téléchargements supposés par le coût de la licence si les chansons avaient été achetées, mais également pris en compte le fait qu’au moment de l’enquête, 1.310 sites internet avaient diffusé les morceaux trouvés sur le blog de Kevin Cogill.

Le bloggeur a plaidé coupable, mais conteste les sommes alléguées et le fait que de la prison soit requise. De son côté, la RIAA a indiqué qu’elle était prête à s’assoir sur les 2,2 millions de dollars qu’elle réclame et à ne demander que 30.000 $, si Cogill accepte de participer « à une annonce de service public destinée à enseigner au public que le piratage de la musique est illégal« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés