"Parlons aux jeunes avec le langage des djeuns". Pour se faire entendre des rebelz de la téci, l'industrie du disque française a décidé de prévenir tout ceux qui la prie d'aller se faire enc...... qu'ils pourraient bien finir en prison. L'image est forte, mais ne fera que soulever une haine grandissante contre les majors, à défaut de convaincre quiconque d'accéder librement à la musique disponible sur Internet.


Ces deux affiches sont un avertissement avant l’arrivée des premières poursuites contre les internautes français, « si rien ne change » prévient Hervé Rony, directeur général du SNEP (le Syndicat National de l’Edition Phonographique). Autant les prévenir d’avance, rien ne changera. Autant donc vous prévenir d’avance, le SNEP lancera probablement ses premières poursuites judiciaires en septembre, là où tout le monde sera rentré de vacances pour entendre les nouvelles à la télévision.

Il faudra alors voir si l’industrie pourra convaincre un juge d’ordonner la communication de l’indentité des internautes présumés pirates. L’industrie canadienne s’est récemment échoué sur cet obstacle tandis que la RIAA a de plus en plus de peine à le contourner.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés