Christine Albanel s’est lancée dans une bataille de communication sans se rendre compte qu’à ce petit jeu, elle a déjà perdu. Alors que les médias traditionnels veillent à ne pas fâcher le pouvoir en place pour ne pas perdre ici une interview, là une information exclusive, Internet est beaucoup moins frileux. Beaucoup moins malléable. Et beaucoup plus rapide et imaginatif.

Quelques heures seulement après qu’une dépêche AFP a relayé les propos du ministère de la Culture qui comparait la Quadrature du Net à « cinq gus dans un garage« , un site Internet a été créé pour rappeler aux internautes les enjeux de la loi Création et Internet. Son nom, comme une évidence : CinqGusDansUnGarage.org.

« La Quadrature du Net, collectif de citoyens internautes inquiets des dérives des textes de lois Français et Européens relatifs à Internet et aux nouvelles technologies, est donc un dangereux groupe de gus à cinq dans un garage« , résume le site internet, qui rappelle la réaction de son porte-parole, Jérémie Zimmermann :

 » Nous sommes flattés de tant d’attention de la part du ministère ! Cela prouve que l’action des nombreux citoyens épris de liberté qui contactent leurs députés commence à porter ses fruits. Cela révèle la peur de la ministre de se retrouver confrontée aux réalités techniques et à l’opinion des citoyens. Quelque chose nous dit qu’elle n’a pas fini de nous faire rire !

Internet et les technologies numériques, dont le cabinet de la ministre démontre sa méconnaissance totale dans cette loi imbécile, ont été en grande partie inventés par des gus dans des garages ! C’est peut-être un juste retour des choses : l’arrivée dans le débat des gus dans les garages après des années de lobbyistes dans les cabinets ministériels.

Il faut continuer à informer ses députés, en prenant bien soin d’envoyer des mails personnalisés, et surtout en téléphonant et sollicitant des entretiens ! « 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés