Alors qu’une disposition du projet de loi Création et Internet ouvrait la possibilité pour le gouvernement d’obliger les moteurs de recherche à favoriser certains sites d’offres légales par rapport à d’autres, Google avait indiqué qu’il redoutait « une certaine forme de censure ». « Nous espérons qu’il s’agit ici d’un malentendu découlant d’une formulation sujette à interprétation« , confiait ainsi à Numerama Olivier Esper, responsable des relations institutionnelles de Google France, qui préconisait plutôt « la création d’un portail référençant certaines offres« .

Visiblement, le message a été reçu. Ce matin, il n’est plus question de sur-référencer les offres légales. Selon les Echos, le rapporteur Frank Riester et le cabinet du ministère de la culture ont assuré que l’idée se résumait effectivement à la création d’un site qui aura pour charge de référencer les offres légales, et non pas à obliger les moteurs de recherche à modifier leurs algorithmes pour favoriser des sites labellisés, ce qui serait contraire au droit de la concurrence.

Le ministère devrait donc confier à l’Hadopi le soin d’établir une liste d’offres légales labellisées, à l’image de la liste créée pour le site de propagande pro-Hadopi Jaimelesartistes.fr, qui avait référencé un site pirate d’arnaque.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés