Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

André Manoukian : "le Net a rendu la créativité aux mômes"

Musicien et jury de La Nouvelle Star sur M6, André Manoukian a livré une interview très intéressante à Emmanuel Berretta dans Le PointIl prône un retour "au temps de Jean-Sébastien Bach" lorsque "les artistes vivaient du mécénat de quelques princes ou de l'Eglise", se félicite de la créativité des jeunes ravivée grâce à Internet, et juge que la loi sur la riposte graduée "ne servira à rien".

"Si le Net a bouffé l'industrie du disque, il a rendu la créativité aux mômes", estime Manoukian, qui constate que "les jeunes Français qui font de la musique se sont emparés de tout l'héritage musical grâce au Net. Ils remontent aux sources. Ils cuisinent tout ça dans leur wok, y ajoutent leurs ingrédients, de l'ail, du caramel... Et ça donne des choses qu'on n'aurait pas entendues il y a sept ans".

Un hymne au piratage ? Pas tout à fait.

André Manoukian est "pour la loi Création et Internet" (il s'était publiquement engagé en faveur de la riposte graduée parmi 52 artistes en juin 2008), mais il estime que la loi "arrive trop tard et ne servira à rien".

"Le vrai problème de l'industrie musicale précède la piraterie en ligne. À l'origine, les grands patrons étaient des jazzmen comme Eddie Barclay, c'est-à-dire des gens qui avaient eux-mêmes suffisamment d'oreille musicale pour distinguer le bon grain musical de l'ivraie. À la fin des années 1980, ces gens-là ont été remplacés par des gestionnaires", regrette le musicien. "Ils peuvent faire toutes les lois qu'ils veulent, c'est trop tard."

"Nous allons revenir à la période où les artistes vivaient du mécénat de quelques princes ou de l'Eglise (sourire). Finalement, j'aime mieux ça ! Que ce soient les princes ou les évêques qui nous fassent vivre plutôt que je ne sais quel rescapé d'une école de commerce ! (sourire). Revenons au temps de Jean-Sébastien Bach !"

Pour Manoukian,le patron d'Universal Music Pascal Nègre est "le roi d'un secteur en ruines...". Il appréciera.