L'utilisation de systèmes anti-copie n'a aucune action immunisante contre les mauvaises ventes. L'éditeur Electronic Arts (EA), qui est le plus arc-bouté sur l'utilisation des DRM, l'apprend à ses dépens, et annonce la suppression de plus de 10 % de ses effectifs suite à des pertes financières plus lourdes que prévues.

On savait Electronic Arts (EA) en difficultés financières, mais pas à ce point. L’éditeur de jeux vidéo a annoncé des pertes supérieures aux attentes, avec un déficit de 641 millions de dollars dans son troisième trimestre fiscal, contre 33 millions de pertes un an auparavant. EA annonce un chiffre d’affaires de 1,65 milliards de dollars, alors que les analystes anticipaient un trimestre de fin d’année à 1,9 milliards.

L’effet social est immédiat, et lourd. La firme annonce qu’elle va procéder à des licenciements à tous les niveaux de l’entreprise, y compris dans les différentes directions, et qu’elle va geler les salaires. En tout, 1.100 postes devraient être supprimés, soit environ 11 % de sa masse salariale. EA va ainsi abandonner 30 % de ses développements en cours.

Certains titres très attendus, comme Les Sims 3 ou Dragon Age : Origins, sont par ailleurs retardés, ce qui ne devrait pas aider à relancer les affaires. A moins que ne soit pour assurer une plus grande qualité des titres, qui reste la meilleure garantie de succès d’un jeu vidéo.

L’année 2008 d’EA a été marquée par le fiasco de Spore, qui n’a pas eu le succès commercial attendu. Outre une qualité intrinsèque qui a déçu les joueurs, le titre a souffert d’une campagne de dénigrement désastreuse sur les sites de vente en ligne, où les consommateurs ont conspué l’utilisation d’un DRM particulièrement invasif.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés