Ce sont deux coups durs successifs dans la même semaine pour Orange, qui voit sa politique d’exclusivité lui revenir comme un boomerang. Après avoir perdu son exclusivité sur l’iPhone au profit de Bouygues Telecom et SFR qui prévoient de commercialiser le terminal d’Apple dès janvier, l’opérateur a vu les députés adopter une disposition du projet de loi audiovisuel qui lui retire l’exclusivité de diffusion de ses propres productions, en particulier des chaînes Orange Foot et Orange Cinéma Séries.

Orange ne souhaite pas encore communiquer officiellement sur le sujet. Toutefois, contacté par Numerama, Orange nous assure que l’amendement voté par l’Assemblée Nationale « porterait gravement atteinte à la création française, au sport et aux intérêts des consommateurs s’il devenait force de loi« . L’opérateur rappelle que la disposition a été votée contre l’avis du gouvernement et du rapporteur, et qu’elle doit encore être examinée par le Sénat, à partir du 7 janvier prochain.

« C’est la valorisation des contenus par l’exclusivité qui permet aussi de financer les investissements dans les nouveaux réseaux, par exemple la Fibre ou le haut débit mobile« , précise Orange. L’opérateur ne vend pas de services audiovisuels pour eux-mêmes, mais pour enrichir un catalogue de services introuvables chez les concurrents, lequel incitera les consommateurs à prendre leur abonnement ADSL ou mobile chez lui plutôt que chez Free, SFR ou Bouygues Telecom. Or c’est justement cette stratégie de valorisation par l’appropriation des contenus qui est reprochée à Orange.

« L’exclusivité est un principe structurant de la télévision payante« , réplique cependant la filiale de France Telecom, qui ne voit pas de problème dans le fait que la vente de ses bouquets de télévision soit liée à la vente de ses services de télécommunication, alors que celui de son concurrent Canal Plus est accessible chez l’ensemble des fournisseurs d’accès.

« Il nous semble essentiel que soit garantie une véritable concurrence par les mérites. Il faut encourager les acteurs français d’envergure internationale comme Orange à investir dans les nouvelles formes de programmes audiovisuels. Une telle disposition viendrait faire échec à cet objectif« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés