Ca n’est pas parce que les industriels en rêvent que les consommateurs l’achèteront. Des scientifiques de l’Université espagnole de Grenade ont trouvé une technique optique qui permet de reconnaître facilement si un CD est un original ou une simple copie. Le procédé pourrait être implanté dans de futurs lecteurs CD, DVD ou Blu-Ray, dans l’espoir d’ajouter une couche à la lutte contre le piratage.

Pour distinguer une copie d’un original, les chercheurs se basent sur la diffraction de la lumière, qui renvoie une image différente selon que le disque optique a été gravé ou pressé. Les disques commerciaux sont produits en usine par impression des couches de données à partir d’un modèle unique (le master), alors que les données des disques copiés sont marquées en brûlant la surface du disque par un laser. Les « trous » obtenus par la pression sont beaucoup plus nets et précis que ceux obtenus par gravure. Du coup, les scientifiques de Grenade ont observé que le rayon de lumière frappé sur chacun des types de disques ne renvoyait pas le même type de diffraction :

A gauche, la diffraction d’un rayon laser sur un CD gravé, à droite sur un CD pressé

Il suffirait d’alors d’implanter une petite cellule photographique dans les lecteurs pour détecter le schéma de la lumière émise par le disque optique lorsqu’il est frappé par le rayon laser. Si des traits horizontaux apparaissent comme sur l’image ci-dessus, c’est un disque copié. Sinon, c’est un original. Le procédé, publié dans l’American Journal of Physics, a fait l’objet d’un dépôt de brevet. Déjà adapté pour les CD et DVD, les chercheurs espèrent qu’il pourra être étendu rapidement aux Blu-Ray.

Si l’on imagine mal les consommateurs acheter des lecteurs capables de détecter les disques gravés qu’ils insèrent, le concept pourrait en revanche séduire les fabricants de consoles de jeux, qui y trouveraient un moyen supplémentaire de lutter contre le piratage.

>> Tous les graveurs sur Numerama

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés