Les problèmes s’accumulent pour Electronic Arts (EA). L’éditeur de jeux vidéo américain, qui doit faire face actuellement à des difficultés financières, doit aussi affronter les problèmes d’image de marque à répétition que lui causent les DRM qu’il impose sur ses titres, en particulier sur PC. Déjà en septembre, EA avait dû répondre à une grande campagne de dénigrement de son jeu Spore, accusé par de nombreux joueurs d’être accompagné d’un DRM trop restrictif et invasif. Son jeu Command & Conquer 3 : Red Alert 3 connaît le même genre de DRM et de protestation, y compris sur Amazon où il est également massivement critiqué pour son système de protection. Mais il subit en plus un problème tout bête qui le rend impossible à installer chez les joueurs qui en sont victimes.

Comme la plupart des jeux sur ordinateur, Red Alert 3 demande au joueur d’entrer une clé de licence à l’installation, qui figure sur le manuel du jeu. Mais alors qu’il faut entrer 20 caractères, des joueurs ont eu la surprise d’obtenir une clé qui ne faisait que 19 caractères de long. Or, sans clé valide, impossible d’installer le jeu et donc d’y jouer.

En réponse, EA a mis en ligne une page d’explication qui indique aux joueurs malchanceux qu’ils sont victimes d’une erreur d’impression « sur un petit nombre de manuels« . Il les rassure cependant, il y a un moyen de réussir à installer le jeu. « Puisque vous avez déjà les 19 premiers caractères du code, vous pouvez essayer de ‘deviner’ le dernier caractère« , conseille ainsi l’éditeur. Il faut ainsi entrer le code en essayant pour le dernier caractère les lettres A à Z puis les chiffres 0 à 9. « Vous devriez finir par avoir la bonne combinaison et être capable de jouer« , explique EA.

L’éditeur, qui s’excuse du problème, propose aussi aux joueurs de remplacer leur code après avoir photographié ou faxé le code incomplet en guise de preuve.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés