Nous n’espérions pas un tel succès. Malgré le délai extrêmement serré, vous êtes déjà nombreux à avoir participé à l’opération 60 Secondes Contre HADOPI, qui vise à faire circuler des vidéos d’une minute créées par les internautes pour sensibiliser l’opinion publique et les parlementaires sur les dangers possibles de la loi Création et Internet. Vous pouvez d’ores et déjà voir et voter pour une douzaine de vidéos originales montées par nos lecteurs sur le groupe Dailymotion créé spécialement pour l’occasion. Mais vous êtes aussi nombreux à nous avoir écrit pour nous demander si une extension du délai, fixé au 28 octobre, était possible.

La réponse est oui ! Le gouvernement a pensé à vous, chers opposants à l’Hadopi, en décidant de repousser le débat à l’Assemblée Nationale au début de l’année prochaine. Et puisque l’urgence est déclarée sur le texte, et qu’il n’y aura donc pas de renvoi au Sénat pour une seconde lecture, c’est sur l’Assemblée Nationale qu’il faudra que la voix des internautes se montre la plus pesante.

Nous vous proposons donc de repousser la date limite de soumission des vidéos au mois de janvier 2009. Nous fixerons une date plus précise lorsque le calendrier parlementaire sera communiqué par le gouvernement. De quoi vous laisser le temps de peaufiner de nouvelles vidéos.

L’opération nous a en tout cas donné pour la première fois l’occasion de faire ce que nous n’aurions jamais pensé faire à Numerama, et nous donne l’occasion de raconter cette anecdote. Nous avons en effet pour la première fois demandé le retrait d’un contenu contrefait !

Un plaisantin s’est en effet amusé à créer des vidéos favorables à la loi Hadopi, et à les suggérer sur le groupe Dailymotion créé par Numerama. Nous avons refusé ces vidéos contraires à l’objet du groupe et à l’opération, en laissant bien sûr l’internaute libre de les diffuser à sa guise par ailleurs. C’est de bonne guerre, et c’est la liberté d’expression. Mais nous n’avions pas réalisé alors que l’utilisation par cet internaute de notre nom et de notre logo dans sa vidéo pouvait prêter à confusion. Or ces vidéos pro-Hadopi ont circulé et plusieurs internautes ont cru sincèrement, à tort, qu’elles étaient produites par Numerama pour soutenir la loi Hadopi. Horreur. Usant de la loi LCEN, nous nous sommes donc résignés à contacter Dailymotion un soir vers 00h30 pour demander le retrait de ces vidéos au nom de la violation de la marque Numerama. Moins de deux minutes plus tard montre en main, Dailymotion nous répondait favorablement et les vidéos étaient retirées. Redoutable et instructif.

En principe, nous n’avons rien contre l’utilisation de notre logo et de notre propriété intellectuelle. Numerama est même le seul site de son importance (plus d’un million de visiteurs mensuels) à donner la possibilité aux bloggeurs de reproduire gratuitement ses articles en intégralité. Mais nous exigeons toutefois via la licence Creative Commons by-nc-nd que nos articles ne soient pas modifiés lorsqu’ils sont reproduits, pour ne pas que nos propos puissent être déformés et que nous soient attribués à tort des propos où des analyses que nous n’aurions pas eues. C’est la ligne que nous traçons entre le respect patrimonial du droit d’auteur et le respect des droits moraux et de notre intégrité. C’est donc au nom de cette intégrité et de l’image de Numerama que nous avons pour la première fois demandé, à l’instar d’un ayant droit, le retrait d’un contenu contrefait.

Un comble pour Numerama ? Pas vraiment. Si nous sommes fermement opposés à la loi Création et Internet, si nous avions vigoureusement protesté contre la loi DADVSI… nous avions aussi il y a 5 ans défendu la loi pour la confiance dans l’économie numérique (LCEN) contre vents et marées. Car cette loi-là, même imparfaite, était équilibrée. Ce qui n’est pas le cas de loi Création et Internet.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés