Universal Music Group et le fabricant d’ordinateurs Dell ont noué un contrat qui démontre la nouvelle détermination de la maison de disques à vendre autant de musique possible maintenant qu’elle s’est libérée du joug des DRM. Le constructeur, qui propose à ses clients de personnaliser leur ordinateur au moment de l’achat en proposant différentes configurations de mémoire RAM, disque dur, processeurs ou écrans, proposera désormais de pré-remplir la machine avec des compilations de fichiers MP3 sans DRM.

Le label Universal va ainsi proposer des compilations de chansons organisées par thèmes (les plus grands hits, les légendes du rock, les maîtres du Blues,…) et des bandes originales de films, qui seront proposées en option à des prix cassés par rapport à ceux pratiqués sur iTunes. Un pack de 50 chansons sera ainsi vendu 25 $, et une compilation de 100 titres à 50 $. Soit deux fois moins cher que les achats à l’unité sur la plateforme d’Apple.

Il est juste dommage que l’obsession des DRM ait retardé à 2008 une offre de ce genre, qui aurait été particulièrement intéressante il y a dix ans, au temps des modems 56K, lorsque téléchargement un MP3 sur Napster prenait encore 30 minutes par titre. Mais les DRM rendaient une telle offre extraordinairement complexe à mettre en place, puisqu’il aurait probablement fallu gérer l’obtention des licences au moment du montage de l’ordinateur, ce qui n’est pas assez rentable pour un assembleur comme Dell.

Est-ce qu’aujourd’hui, dix ans après et à l’ère de l’ADSL à 20 Mégabits, une offre de 50 ou 100 chansons reste attractive pour le consommateur qui a pris l’habitude de télécharger en masse ses chansons ou de les écouter sur Deezer ? A voir.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés