Alors que Google a annoncé aujourd’hui que le code source de son système d’exploitation mobile Android était désormais disponible, Apple a pu se féliciter des scores de vente de son iPhone. Aidé par la sortie de l’iPhone 3G dans une vingtaine de pays, la firme de Cupertino a déjà écoulé plus de 13 millions d’iPhone. Il dépasse ainsi avec trois mois d’avance son objectif d’écouler 10 millions de téléphones mobiles d’ici la fin de l’année 2008.

Pour son quatrième trimestre fiscal, Apple a ainsi vendu 6,8 millions d’iPhone 3G, qui viennent s’ajouter aux 6,2 millions d’iPhone de première génération écoulés précédemment. Sur la même période l’an dernier, la firme avait écoulé moins de 1,2 million d’iPhone. Apple peut également se féliciter d’avoir vendu 11 millions d’iPod dans le trimestre (+ 8 %), et du succès continu d’iTunes qui enregistre une croissance de 38 % sur un an aec 832 millions de dollars de chiffre d’affaires.

Au total, la firme de Cupertino dégage pour ce trimestre un bénéfice net de 1,14 milliard de dollars, pour un chiffre d’affaires de 7,9 milliards. Sur l’année, elle réalise 32,5 milliards de dollars de ventes (+ 35 %), avec un bénéfice de 4,8 milliards.

Mais l’emblématique patron Steve Jobs refuse de se montrer trop optimiste malgré les chiffres encourageants. « Nous ne savons pas comment le retournement de la situation économique va toucher Apple« , reconnaît le PDG d’Apple. « Même si (nos clients) peuvent reporter leurs achats dans les moments difficiles, ils ne risquent pas de faire une croix dessus. Nous pourrions être un peu ballottés par les vagues, mais nous en ressortirons en forme et plus forts que jamais dès que la tempête se calmera« .

L’essentiel pour Apple est de laisser passer l’orage sans céder aux sirènes qui l’invitent à rentrer dans une guerre des prix avec ses concurrents pour garder ses parts de marché, notamment sur les ordinateurs portables. Tout comme les constructeurs de voitures haut de gamme BMW ou Mercedes, ou les sociétés de luxe comme LVMH, la crise aura un impact sur le chiffre d’affaires du groupe, mais il est important de ne pas affaiblir l’image de marque par un mouvement de panique. S’il veut garder ses marges impressionnantes, Apple doit continuer à rester une marque « de luxe accessible » dans l’imaginaire collectif. C’est pour cette raison que, contrairement à ce qu’attendaient beaucoup d’observateurs, Apple n’a pas annoncé de baisse sensible des prix sur ses nouveaux Macbook dévoilés ce mois-ci.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés