Il devait sortir vendredi, mais le très attendu LittleBigPlanet est finalement repoussé pour des raisons religieuses. A la dernière minute, Sony a trouvé que deux phrases du Coran glissées dans l’un des morceaux de musique de la bande originale du jeu sur Playstation 3 méritaient de rappeler d’urgence tous les exemplaires déjà distribués aux détaillants.

C’est un joueur musulman qui a prévenu Sony sur son forum officiel de la présence de deux phrases chantées respectivement à la 18ème seconde (‘kollo nafsin tha’iqatol mawt », qui se traduirait par « Chaque âme aura le goût de la mort ») et la 27ème seconde (« kollo man alaiha fan » : ‘Tout ce qui est sur Terre périra ») d’une chanson du premier niveau du troisième monde. Selon ce joueur, les musulmans « considèrent le mélange de la musique avec les mots de notre Saint Coran comme profondément offensante« .

Il est vrai que certaines interprétations du Coran, très minoritaires, considèrent que la musique est « l’instrument du diable », et donc que mettre en chanson le texte sacré est l’ultime perversion. D’autres estiment que chanter le Coran est un blasphème car c’est réduire le Coran au rang d’un poème. La lecture fidèle du Coran exige en effet une prononciation et une respiration très codée, qui serait incompatible avec le chant. Pour certaines mouvances islamiques, le fait de mettre le Coran en chanson serait une provocation comparable à la publication des caricatures de Mahomet. Voyez par exemple les réaction déchaînées par la publication d’une vidéo sur YouTube où les versets coraniques sont chantés sur un clip de Michael Jackson. Malgré la violence des réactions, Google avait refusé de retirer la vidéo.

Prenant l’affaire au contraire très au sérieux, Sony a mis les gros moyens et n’a voulu prendre aucun risque. La firme japonaise a préféré rappeler vendredi tous les exemplaires du jeu pour distribuer une nouvelle version. Elle sera disponible dès le 27 octobre aux Etats-Unis, et le 31 octobre en Europe.

La chanson Tapha Niang, pourtant, circulait déjà depuis 2006 sur MySpace sans qu’aucune plainte ne soit formulée à l’encontre de son interprète malien Toumani Diabaté, lui-même décrit dans le Guardian comme un « musulman fervent disposant de sa propre salle de prière à côté de son bureau« .

Il ne nous paraît pas certain que le fait de retirer ainsi la chanson litigieuse et d’exiger le retrait des centaines de milliers d’exemplaires du jeu déjà distribués soit le meilleur service possible rendu à l’Islam. Sony fait passer ses joueurs musulmans pour plus extrémistes qu’ils ne le sont. Le joueur qui s’est dit offensé et a prévenu Sony ne demandait lui-même que la diffusion d’un patch et la correction du « problème » sur les exemplaires produits par la suite, pas le retrait pur et simple des exemplaires déjà distribués.

Le rôle des religions (du latin « religare », relier) est de rassembler les hommes, au contraire des sectes (« sectare », couper), qui visent à les diviser. Plus les extrêmistes religieux exigent un respect automatique et infaillible de leurs croyances qu’ils imposent aux autres, plus ils attisent l’incompréhension, la crainte voire la haine de ceux qui n’ont pas reçu la même éducation religieuse. En ayant une réaction aussi forte et sans doute disproportionnée, Sony contribue à donner de la religion musulmane l’image d’une secte qu’elle n’est pas.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés