L’instant est grave pour MyMajorCompany. Le site de production musicale communautaire a commencé la distribution de son premier album, celui de Grégoire, avec l’aide de son distributeur exclusif Warner Music Group. Il attend désormais les premiers résultats de ventes, comme l’ensemble des internautes qui ont misé sur l’artiste en sortant leur portefeuille dans l’espoir d’un retour sur investissement. Dans un message adressé par e-mail aux producteurs amateurs qui ont participé à lever les 70.000 euros nécessaires à la production, le site a informé lundi les investisseurs que « Grégoire est officiellement Disque d’Or« . Une bonne nouvelle en apparence.

Mais attention à ne pas s’emballer trop vite. « Pour information, cela signifie que plus de 75.000 albums ont été distribués aux détaillants depuis la sortie de l’album le 22 septembre« , précise en toute transparence MyMajorCompany. Il ne s’agit donc pas d’un disque d’or obtenu sur les ventes effectives, mais uniquement sur les commandes reçues par Warner Music Group.

Il faudra ainsi confirmer le succès auprès des centrales d’achat par un succès auprès du consommateur final, ce qui n’est déjà pas facile ces dernières années, mais plus dur encore dans le contexte économique actuel.

« Vous recevrez d’ici la fin du mois les 1ers relevés de ventes officiels, émis par notre distributeur. Ce sont les seuls sur lesquels vous pourrez vous baser pour calculer les revenus tirés des ventes« , prévient le message.

Le succès commercial de Grégoire sera déterminant pour l’avenir de MyMajorCompany et de la production communautaire à si grosse échelle. Dans un entretien à Numerama, le cinéaste Joseph Paris – qui appelle lui aussi au financement communautaire pour produire son prochain film Varsovie-Express, émet des doutes sur le modèle suivi par MyMajorCompany. « D’un côté ils expérimentent un nouveau modèle de production, et d’un autre côté ils restent dans l’ancien modèle au niveau de la distribution, avec le MP3 payant auquel plus personne ne croit. L’association de MMC avec Warner est une erreur stratégique selon moi. Quand les internautes vont voir qu’ils ne récupèrent rien de leur investissement, ils vont partir« , prédit Joseph Paris.

Le nouveau Nobel d’économie Paul Krugman dirait certainement la même chose, lui qui ne croit plus dans la vente des œuvres en elle-même, mais mise sur les produits dérivés et le spectacle vivant pour rémunérer la création. Des revenus accessoires de plus en plus importants sur lesquels les investisseurs de Grégoire ne toucheront pas un centime. Ils reçoivent 30 % des ventes physiques et numériques, mais aucune commission sur les revenus d’édition ou de merchandising, qui occupent une place stratégique centrale dans les développements économiques de la filière musicale.

De la capacité de MyMajorCompany à s’adapter à ces nouvelles données économiques et à convaincre les internautes de continuer à investir sur de nouveaux artistes dépendra sa survie.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés