Panique chez les constructeurs ? Alors que Sony croyait que l’abandon du HD DVD allait ouvrir en grand la voie au développement de son format Blu-Ray sur le marché, la firme japonaise doit commencer à se demander s’il y a un marché tout court. Après un démarrage prometteur, poussé sans doute par la curiosité des nouveaux possesseurs de Playstation 3, le format haute-défininition ne semble déjà plus attirer les consommateurs. Les signes négatifs se multiplient ces derniers jours, au point que Le Monde se demande cette semaine si le Blu-Ray n’est pas déjà « la chronique d’une mort annoncée« .

Le cabinet Gfk indique ainsi que 130.000 lecteurs Blu-Ray devraient être vendus en France en 2008, ce qui est très en deça des prévisions établies en début d’année. Idem pour la Belgique, où les fabricants espéraient vendre 25.000 lecteurs mais pourraient finalement n’écouler que 12.000 unités. La faute à la crise économique sans aucun doute, mais aussi à un marché qui ne ressent pas la nécessité de changer d’équipement seulement 10 ans après la sortie du DVD. A l’époque, le disque vidéo avait beaucoup d’avantages techniques à avancer par rapport à la cassette VHS, que n’ont pas les Blu-Ray. Si la qualité visuelle des films haute-définition est objectivement d’une qualité très supérieure au DVD, il faut pour le vérifier disposer d’un téléviseur Full HD (1080p) qui est encore loin d’avoir fait son entrée dans les foyers de Monsieur-tout-le-monde. Idem pour le son haute-définition, qui demande un ampli HD dont les prix sont encore dissuasifs.

Le salut ne semble pas venir non plus des ordinateurs. Acer et Asus, qui se sont imposés sur le marché des ordinateurs portables, ont ainsi assuré qu’ils ne comptaient pas sortir de portable équipé en Blu-Ray pour le moment. Le public n’est pas intéressé, et les lentilles coûtent encore trop cher.

Mais il y a plus inquiétant encore. Car même les films Blu-Ray eux-mêmes semblent à la peine. Ainsi aux Etats-Unis, la part de marché du disque HD a baissé de 13,39 pourcents pour passer à 8 % contre 92 % de DVD.

Les industriels évoquent désormais ouvertement le risque, comme le parie Samsung, de voir le Blu-Ray disparaître prématurément dans les prochaines années. Il pourrait être remplacé, non pas par un format matériel, mais par le téléchargement. L’un des grands acteurs de la VOD outre-Atlantique, Vudu, travaille déjà sur un service de vidéo à la demande capable d’offrir la même qualité visuelle et sonore que le Blu-Ray.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés