Alors que SFR annonçait cette semaine avoir commencé à expérimenter auprès de 100 clients testeurs un livre électronique jusqu’en septembre 2008, Orange présentait à son tour jeudi soir son premier eBook. Dans les deux cas, le principe est le même : offrir un support de lecture électronique le plus proche possible du papier, avec un contenu mis à jour automatiquement grâce aux communications sans fil.

Du côté de SFR, l’e-book fonctionne en 3G/3+ avec un module Blutooth complémentaire, et le système embarqué verrouille les contenus téléchargés de sorte qu’ils ne puissent pas être transférés sur un autre e-Book, ou sur un autre support. « Chaque appareil dispose d’un numéro de série unique, les lecteurs sont ainsi identifiés et les fichiers contenant les ouvrages sont cryptés de façon à ce que seuls les lecteurs identifiés puissent les télécharger. Il n’est ainsi pas possible de transférer un ouvrage téléchargé vers un autre e-Book ou un autre support », explique fièrement l’opérateur. Son livre est conçu par Ganaxa, pèse 175 grammes et est doté d’un écran 6 pouces.

SFR annonce des partenariats avec six organes de presse (Les Echos, Le Monde, L’Equipe, Le Parisien et l’AFP), et plusieurs éditeurs (Dunod, Flammarion, Hachette, M21 Editions, Plon, Ramsay et Solar).

Orange, qui avait dévoilé son projet de livre « Read & Go » en avril, propose de son côté un e-Book au format A5 doté d’une connectivité mixte 3G/WiFi. Il est équipé d’une mémoire de 1 Go, et se pilote grâce à un écran tactile et un stylet. L’opérateur a lui aussi signé avec six publications : Le Figaro, Le Monde, Le Parisien, L’Equipe et Télérama.

L’eBook d’Orange est conçu par iRex Technologies, une filiale de Philips Electronics. Il sera testé lui aussi, par 150 betatesteurs, avant sa mise sur le marché. Rien n’a filtré (à notre connaissance) sur la protection des contenus, mais il s’agit probablement de DRM aussi stricts que ceux de SFR…


Crédit photo : Presse-citron

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés