Selon une étude publiée par Informa Media, le piratage via les réseaux Peer-to-Peer ne s'arrêtera pas demain. L'industrie du disque devra ainsi apprendre à subir la concurrence du tout-gratuit sur Internet, malgré un certain développement prometteur de ses services en ligne.

Les ventes de musique en ligne, aussi bien « matérielles » (via le site de la FNAC par exemple) que numériques (via iTunes, Napster 2.0,…) devraient représenter un chiffre d’affaire global de 3,9 milliards de dollars en 2008, contre 1,1 millard en 2002. La part de ventes en ligne passerait ainsi à 12 % alors qu’elle n’est que de 4,5 % actuellement sur l’ensemble du globe.

Dans le même temps selon Informa Media, les pertes dues au piratage via les réseaux P2P et à la démocratisation des graveurs de CD-R s’élèveraient à 4,7 milliards en 2008 contre 2,4 milliards aujourd’hui. Bien sûr, impossible de savoir sur quelles données se base l’étude pour déterminer quels téléchargements ou quelles gravures représentent une perte.

Selon le responsable de l’étude enfin, le principal problème que devra affronter l’industrie demain provient des marchés russes et chinois, qui devraient rapidement avoir accès à des logiciels de Peer-to-Peer localisés. Les majors comptaient justement sur le développement de leur marché en Russie et Chine pour dynamiser leurs ressources, mais elles auront bien du mal à éviter que le schéma occidental ne se reproduise dans ces régions.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés