Alors qu’Apple s’est toujours interdit de pratiquer des offres de téléchargement de musique par abonnement (et les chiffres du marché lui donnent raison), la firme de Cupertino serait en train de préparer un virage stratégique à 90 degrés.

Selon Electron Libre, qui avait déjà annoncé en primeur l’accord entre TF1 et Apple sur iTunes, Apple aurait entamé des négociations avec les maisons de disques pour proposer une offre de téléchargement de musique par abonnement et sans DRM d’ici la fin de l’année. Conscient que l’idée d’un forfait de musique « en location » ne peut pas séduire en masse les consommateurs, Apple ferait en effet pression auprès des labels pour qu’ils acceptent l’idée d’un téléchargement sans mesure de protection, qui garantie leur lecture ad vitam. Pour le moment, les maisons de disques font blocage. Mais pour les séduire, la Pomme viserait un endroit stratégique : le portefeuille.

Apple serait en effet convaincu que les vrais fans de musique seraient prêts à mettre plus que 12 euros par mois – ce que coûtent les forfaits illimités Orange ou SFR – pour accéder à de la musique illimitée. On imagine, cependant, que l’offre d’iTunes ne sera pas plus illimitée que celle des deux opérateurs, qui limitent le téléchargement illimité à 500 chansons par mois.

L’idée de proposer des abonnements sans DRM n’est en tout cas pas nouvelle. Le service américain eMusic l’applique déjà avec succès depuis plusieurs années. Elle ne s’est pas encore généralisée, alors qu’elle est frappée du coin du bon sens. Ce ne sont pas les fragiles et contreproductifs DRM qui doivent fidéliser le consommateur et le convaincre de renouveler chaque mois son abonnement. Cette vision-là est une vision de peur paralysante – faut-il encore rappeler que les DRM empêchent ceux qui payent de vouloir payer, et n’empêchent jamais ceux qui veulent pirater de pirater ? Ce sont les perpétuelles nouveautés ajoutées chaque mois au catalogue, et l’enrobage éditorial, qui doivent convaincre les amateurs de musique de reconduire toujours leur abonnement, pour profiter du service en continu.

Du côté d’Apple, le changement d’optique sur les abonnements s’explique sans doute par les derniers chiffres de vente sur iTunes. Nous avons en effet constaté, lorsqu’Apple a annoncé son 5 milliardième morceau vendu, que le rythme de vente était désormais stabilisé, et que la croissance d’iTunes semble aujourd’hui au point mort. Il faut donc qu’Apple réagisse par une offre innovante avant que la croissance ne se transforme en décrue…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés