TotoRhino

Inscrit depuis le le 08/09/2003 à 11:33
4580 messages publiés
Ma famille, la moto, la micro, l'aquariophilie, le bricolage, le ciné...
Envoyer un message privé
Derniers sujets de TotoRhino :
SUJET
DERNIER MESSAGE
NOMBRE DE MESSAGES
Par TotoRhino - 4580 messages - Ouvert le 13 novembre 2011
1
Par TotoRhino - 4580 messages - Ouvert le 11 juin 2011
4
Par TotoRhino - 4580 messages - Ouvert le 24 avril 2011
90
Par TotoRhino - 4580 messages - Ouvert le 09 janvier 2011
9
Par TotoRhino - 4580 messages - Ouvert le 02 janvier 2011
6
Par TotoRhino - 4580 messages - Ouvert le 22 novembre 2010
30
Par TotoRhino - 4580 messages - Ouvert le 21 septembre 2010
0
Par TotoRhino - 4580 messages - Ouvert le 30 août 2010
10
Par TotoRhino - 4580 messages - Ouvert le 14 août 2010
15
Par TotoRhino - 4580 messages - Ouvert le 17 décembre 2009
35
Derniers messages de TotoRhino :
Encore une loi débile comme sait si bien faire les politiques français.
Autant aller jusqu'au bout du raisonnement : pourquoi ne pas faire de même avec tous ce qui se vend sur le net ? Pourquoi ne pas taxer tout ce qui se vend sur le net ? Bref, pourquoi ne pas taxer la vente sur internet ?
J'ai horreur que l'on m'impose où je dois acheter ce que je veux, qu'ils aillent se faire foutre.
Tant pis, je paierais mes livres plus chers.
On va bien finir par l'avoir notre firewall dans Open Office / Libre Office
Il serait temps que l'on mette un peu d'ordre dans tout ça.

La publicité peut être indispensable pour certains sites ? Alors ok, mais il faut la règlementer.
Un simple exemple : ne pas afficher plus de "x" pages (ou annonces...) de pub lors du surf de l'internaute sur un site donné.

On pourrait aussi imaginer que l'internaute puisse choisir lui même le nombre de pub qu'il juge acceptable pour un site donné (programmeurs d'ADBLOCK, Firefox et autres à vos claviers). De cette façon, il y aurait enfin une certaine équité dans le système.

On devrait aussi rendre obligatoire un référencement précis des cookies par les diffuseurs.

L'utilisateur pourrait alors avoir la liste des cookies installés sur son PC, leur origine, etc, et surtout leur définition exacte et dans la langue du pays (dans le style, certes imparfait, de ce que fait "Spybot - Search & Destroy", sauf que là, ce serait le diffuseur du cookie de renseigner cette information) !
Ainsi chacun saurait ce que font ces bouts de codes sur leur PC et gare à ceux qui auraient oublié une information dans la définition.

En bref, il y en a marre que les sites installent tout et n'importe quoi sur nos ordinateurs, qu'ils nous affichent des pages ou des annonces non désirées, qu'ils traquent nos déplacements sur le web à des fins qui nous échappent.

Que l'on nous dise que la pub et tout ce qui orbite autour peut être indispensable dans certains cas, on peut le comprendre, mais alors il faut aussi qu'une prise de conscience accapare tous les acteurs de ce système : On ne veut plus que nos PC soient une porte ouverte à n'importe quoi !
"La sanction conserverait une fonction essentiellement dissuasive et n'aurait vocation à être prononcée que dans des cas exceptionnels, en cas d'échec de la phase pédagogique"
Tout le problème est là !
Si une pédagogie doit être appliquée, c'est à l'attention des hommes politiques pour qu'ils comprennent la nécessité de légaliser le téléchargement ! Interdire l'échange est contre nature, il va falloir qu'ils s'y fassent.
Leur pédagogie quant à elle n'est qu'une propagande au bénéfice des Majors, rien d'autre.
Tu ne vois pas ? C'est pourtant simple !
Actuellement, le seul rapport entre l'argent et un constat de piratage est indirect : la logique des ayants droits est que plus on entrave le piratage, plus ils gagnent de l'argent.
Mais avec ce système d'amendes, le rapport avec l'argent est direct : à chaque infraction correspond une amende et l'état est partie prenante dans cette affaire. En regard des difficultés économiques actuelles, je suis persuadé que cette nouvelle manne n'est pas prête d'être abandonnée et qu'elle va même plutôt prospérer avec toutes les dérives imaginables (je te laisse chercher).
En d'autre termes, si nous avions déjà les ayants droits contre nous, nous avons également le gouvernement désormais (et futurs).
Autrement dit, c'est cuit, l'internaute va se faire allumer grave quel que soit la fiabilité du système de relevés d'infraction qui, rappelons le, est géré par une société privée.
Il serait temps de rappeler à nos politiques que les internautes votent également. Rappeler aussi à Patrick Bloche et son compère Christian Paul , leurs engagements envers DADVSI et l'Hadopi, notamment ici même sur le site de Numérama !
Si l'argent devient le moteur de la chasse au piratage, bonjour les dérives.
L'argent pourri tout, on le voit tous les jours.
C'est effectivement ce qui pouvait arrivé de pire pour le Web français...
Et combien paient des films avec des DRM de façon légale ? Des millions !
Quel nom méritent-ils d'après toi ?
Ou comment entretenir la fracture numérique !
A croire que l'on a trop d'argent pour la fibre pour en dilapider dans d'autres concepts déjà dépassés...
J'ai acheté un portable pour ma fille sur lequel McAfee était installé d'office.
Je l'ai désinstallé sans attendre et cette news ne fait que conforter mon choix.
McAfee, tu te fais une mauvaise presse...
Bien vu !
Les politiques ont rallongé les droits d'auteur sans se préoccuper des conséquences pour le citoyen.
De toute façon, plus ça va et plus on s'en fout et du citoyen et de la constitution.
Sur le fond, je suis d'accord avec lui, mais dans la cas du bridage de Youtub par Free, je trouve que c'est une façon un peu malhonnête de désengager les politiques du problème.
Personnellement, je ne suis pas d'accord que l'abonnement que je paie mensuellement à Free serve à financer une passerelle pour Youtub.
Aux hommes du gouvernement et autres institutions de faire le nécessaire pour trouver une juste solution.
+1 U. Harkogansk-Malatesta

J'ajoute ici mon commentaire laissé sur PC Inpact :

Le problème n'est pas de savoir si la pub peut être légitime pour faire vivre un site à l'accès gratuit.

Le problème est que la pub est partout, même si on en veut pas : Nos boîtes à lettres en sont pleines ; il m'est arrivé de sortir plus d'1,5kg de papier rien qu'en pub. Elle est dans la rue, placardée au moindre coin de mur, elle est sur la route, sur les voitures, sur la TV, au ciné, dans la radio, dans les magasins, etc.

Sur le net elle est omniprésente, elle s'ouvre dans les popup, elle est bien souvent imposante en début de chaque page au point qu'elle nous oblige à scroller pour pouvoir lire un peu de contenu et puis il y a les cookies, les traqueurs, etc. Elle pollue aussi nos boîtes mail au point que l'on peut recevoir 5 fois plus de mails non désirés que de courriels attendus. Car ces belles sociétés s'échangent leurs adresses mail et il devient quasiment impossible de se désabonner.

Il y en a vraiment marre et je crois que devant l'absence de régulation de la part de nos gouvernements, le citoyen lambda préfèrera le blocage systématique sans faire le tri entre la pub légitime et celle qui nous pourrie la vie tous les jours sans que l'on puisse y faire quelque chose.

Alors FREE risque de se faire des ennemis auprès des publicitaires, mais aussi des amis après des internautes.

A quand la même chose sur les TV ?
Et ils bloquent en plus Google Analytics ? Mais c'est génial !
Qu'ils fassent de même avec tous les traceurs.
Ghostery dans la Freebox ? Trop drôle !
Guillaume, le 03/01/2013 - 17:58

La décision de Free montre à quel point la nécessité d'une régulation stricte des fournisseurs d'accès est primordiale, pour faire respecter la neutralité du réseau et rejeter toute intrusion du FAI dans le contenu affiché. En cela, Free rend un grand service à Internet, à condition que les pouvoirs publics prennent toute l'ampleur du problème.


Avant cela, la première nécessité serait de mettre en place une régulation stricte de la publicité, car là, ça devient infernal, et je parle pas que du net, la pub intrusive est partout, envahissante et inarrêtable !
Excellent article !

"Le piratage est un problème éminemment politique, pas un problème économique, juridique ou technique."
Et c'est justement le problème. Depuis la mondialisation et le traité de Lisbonne, aucune décision de politique "nationale" n'est prise par nos gouvernements. Tout est décidé par l'UE et/ou les lobbys industriels et financiers.
Comme le dit si bien Nicolas Dupont-Aignan "c’est quoi ce pays de trouillards !" (en parlant de l'état français).
Free se déguise en Père Noël pour notre plus grand plaisir !
Les romanichels sont de retour, gaffe à toi Martin !
Scandaleux !
Rien d'autre ne me vient à l'esprit.
Et dire que cela se fait sous un gouvernement socialiste qui avait fait tant de promesses.
Que fait désormais ce Patrick Bloche si fervent lors des débats de DADVSI et HADOPI ? Et bien il donne tout bonnement son aval au calcul de la copie privée réalisé par les ayants-droits ! Bravo Monsieur, vous vous êtes bien moqué de vos électeurs et l'on peut faire les mêmes compliments à tous les membres du PS qui sont venus jusqu'ici écrire leur divergence sur l'orientation des gouvernements de droite sur le numérique.
Quel foutage de gueule !
Et la CNIL ? La CNIL elle va faire quoi au sujet de ce contrôleur en profondeur de voulu par l'HADOPI ? Que dalle ! On a l'habitude cependant, mais là on en arrive à des situations inimaginables.
La France ? Mais qu'est-ce que ça veut dire maintenant ?
manbu, le 05/11/2012 - 16:21
Bah si la galaxy note 10.1 est bien une tablette 10 pouces, tu confonds avec les galaxy note 1 et 2, dont je suis un des heureux propriétaires, qui eux sont suivant la nouvelle terminologie des phablettes.

Mince, je l'avais oublié celle-là !
Je me suis arrêté au Galaxy note dont je suis aussi l'heureux propriétaire
Numerama sur les réseaux sociaux