TheSFReader

Inscrit depuis le le 17/02/2012 à 15:34
164 messages publiés
Envoyer un message privé
Derniers sujets de TheSFReader :
SUJET
DERNIER MESSAGE
NOMBRE DE MESSAGES
Par TheSFReader - 164 messages - Ouvert le 03 avril 2012
1
Derniers messages de TheSFReader :
Sur Twitter, le terme "Close Social" a été proposé pour remplacer "Dark Social". Moi j'aime beaucoup..
Tout dépend ou non de la disponibilité dudit poche...
Ne pas oublier tous les coûts indirects liés au papier : transport, stockage, manutention, mise en rayon, retours, pilon etc. et la gestion de tout ça. Autant de "petits" coûts qui bout à bout font une somme loin d'être négligeable. 

D'un autre côté, sur le numérique, certains coûts également. Mais se passer du papier est une réelle économie pour les éditeurs, qui devrait se retrouver dans le prix d'une part, et la rémunération des auteurs d'autre part. (Ce qui n'arrive PAS).
Me semble que l'amende forfaitaire t'était remboursée si tu avais gain de cause...
Sans oublier l'économie réalisée en supprimant le scan au niveau des agents...
Comme je le disais au dessus, il y a déjà une limite haute : le prix papier ((enfin 80% du prix papier). Ils pourrnt pas faire pire.
Non, parce que sauf à augmenter le prix du livre papier, les éditeurs pourront pas faire porter la TVA augmentée sur le lecteur...
Tant qu'il n'y aura pas plus de commerçants qui adoptent, c'est TRES gadget.
Cette phrase que tu cites était, elle, largement remplie de second degré, comme le "... ou pas" est censée le montrer.

A vrai dire et ce serait l'intérêt d'une étude d'impact, l'effet de l'application dépendra largement de la répartition des consommateurs dans les différentes catégories, et ça pourra aller du positif (en général) au (très) négatif...
Je note que les attraits de l'offre à distance sont la rapidité, la possibilité de choisir de chez soi, et de se faire livrer chez soi.

A vrai dire, et simplistement, quelques réactions des consommateurs :
1) Absorption des surcoûts sans changement de comportement
2) Report des achats vers les libraires
3) Report vers la lecture numérique
4) Report vers l'offre illégale
5) Report vers de l'attention vers d'autres médias, moins coûteux ou contraignants...

Il semble évident que le but recherché est de diriger les consommateurs vers le choix 2) et je suis intimement persuadé qu'une étude d'impact a été effectuée avant de proposer cette loi... ou pas.

Plus sérieusement, s'il est possible que ça réduise le transfert des lecteurs de la librairie vers la vente à distance, je suis assez persuadé que ceux qui ont déjà sauté le pas vont sans doute se répartir dans les 4 autres possibilités. toutes trois assez peu appétissantes pour les libraires.
Attention, ne pas oublier le point de départ. Microsoft était en position dominante sur le marché des OS. Ce qui est tout à fait légal.
Ils ont également installé IE de base dans leur OS. Ce qui est aussi légal.

Mais là où ils ont passé la ligne jaune, c'est lorsqu'ils ont interdit/découragé les intégrateurs/vendeurs de PC d'installer d'autres navigateurs dans les PCs vendus. ( "Si vous installez Firefox, vous n'aurez plus ce tarif préférentiel..." )
De même, ils ont volontairement et artificiellemet attaché IE à l'OS, pour décourager/empêcher la désinstallation.

Par ces décisions et actions, ils ont abusé de leur position dominante dans le domaine des OS pour en acquérir une dans celui des browsers. Et ça, même dans des systèmes très libéraux comme les US, c'est interdit par la loi (http://fr.wikipedia.org/wiki/Sherman_Antitrust_Act).

Poursuivi et jugé, Microsoft a été condamné, entre autre, à l'affichage de ce choix dans ses OS.
Et là, après avoir commencé à suivre sa condamnation, a arrêté un jour.
Du coup, là, on parle d'un délinquant, jugé (et après extinction des appels possibles), qui se soustrait à une partie de sa peine.

C'est un prisonnier qui ne rentre pas en prison à l'issue d'une permission, ou qui ne paie que la moitié de son amende. Etonnant qu'on vienne lui demander des comptes ?
Un collègue me parlait hier d'une usure possible du connecteur USB.
Ah oui, et contrairement aux oeuvres qui tombent dans le DP à date "fixe" (oui, à l'inflation Disney près), les droits sur les BDD sont renouvelables modulo réinvestissement.
Et c'est encore le même régime de protection qui va être utilisé pour protéger la "base de donnée" issue de la numérisation des oeuvres de la BnF...
On va me dire que je suis naïf, (et c'est peut-être bien le cas), mais j'ai surtout l'impression qu'ils ont besoin de soutien/arguments supplémentaires pour justifier une décision dans le sens de VLC.

Même d'un point de vue stratégique pour eux, il leur est nécessaire d'acquérir une "légitimité" sur le domaine des DRMs, et un signal fort comme celui d'une décision en faveur de VLC la leur apporterait. Maintenant, si les arguments fournis par VLC ne leur suffisent pas pour justifier une telle décision, cet "appel à un ami" est peut-être une perche tendue.

Après, les soutenir sur ce coup là pour obtenir une victoire VLC, en considérant qu'une Autorité Indépendante (comme elle continue de le prouver) est mieux sur le sujet qu'un truc rebelotté dont on ne sait rien, mais qui arrivera forcément... A chacun de faire son choix.

Simplement, les DRMs, c'est une grosse cochonnerie de merde, je suis le premier à le dire. A ce titre, il ne faut pas que les industriels en fassent ce qu'ils veulent. Et a moins de les interdire totalement, mais là faut travailler les US (entre autre) au corps, une autorité en faisant la régulation me semble pas une mauvaise idée.

Maintenant, je suis un grand naïf, peut-être...
Evidemment, et le fait que Mr Tronc oublie que ce n'est pas la contrefaçon qui est visée par l'HADOPI (retoqué par le CC comme le rappelle l'article), mais la non-sécurisation/ négligeance caractérisée.
Mr Tronc prend ses rêves pour des réalités, en oubliant TOUS les aspects légaux. En les oubliant tous du reste, sauf les financiers.
Merci pour la précision de l'article, et la mention effective que cette automaticité d'amende est bien une demande des AD, et non de l'HADOPI. Comme vous le faites remarquer, celle-ci semble-t'il est finalement bien plus neutre que ce qu'espéraient les AD, remplissant (bien que très inefficacement, je l'accorde à tous les commentateurs) un rôle de pédagogie et non de terreur comme attendu.
Pas tout pigé, dans ce cas, les liens contiennent à la fois l'accès au fichier chez Mega, ET la clef de cryptage ?
Le plus fort dans tout ça c'est (si j'ai bien compris) qu'au nom de la suppression de la riposte graduée, ils suppriment aussi la promotion de l'offre légale, et la mission anti-dissémination de l'arme DRM de l'Hadopi.
Rapprocher aussi au problème des CGV qui elles ne sont opposables que si "l'acheteur" a reçu les CGV sur un support "durable"
http://www.net-iris.fr/blog-juridique/160-laroussi-chemlali/30633/vente-a-distance-un-lien-hypertexte-est-pas-un-support-durable .

Je ne sais pas si l'équivalent existe pour les CGU, mais ce serait "logique" : rien n'empêche le fournisseur de service de modifier les CGU sans notifier les utilisateurs, et parfois les CGU impliquent que l'utilisation du service implique approbation des CGU (y compris si modifiées discrètement).

Sinon, Faut-il faire constater par huissier les CGU à chaque utilisation des services ?
Numerama sur les réseaux sociaux