hypercrapule

Inscrit depuis le le 20/08/2010 à 16:40
1075 messages publiés
Envoyer un message privé
Derniers messages de hypercrapule :
Ne pas oublier de passer la deuxième couche dimanche prochain !
Faisons comprendre à ce gouvernement de m..de que nous ne voulons pas de ses lois à la con !

Dimanche je voterai contre lui...
Faisons comprendre à ce gouvernement de m..de que nous ne voulons pas de ses lois à la con !

Dimanche je voterai contre lui...
processeur à 1 GHz, 1 Go de mémoire vive (2 Go en architecture 64 bits) et 16 Go d'espace disque (20 Go en 64 bits).


Gros foutage de gueule ! GNU/Linux pédale déjà sur une config comme ça !
« La gauche, c'est la salle d'attente du fascisme » disant Léo Ferré
PAS DE MICROSOFT, PAS D'APPLE, PAS DE GOOGLE !

C'EST CLAIR ?
Au moins, avec les logiciels libres, même si c'est un travail de Titan, ça reste en théorie possible. Avec les logiciels propriétaires et leur travail d'obfuscation, c'est impossible. Ils peuvent ainsi coller dans leurs programmes un tas de merdes indétectables.
Pas de Google, pas de Facebook, pas de Twitter, pas de Microsoft, pas d'Apple, pas de logiciels propriétaires, pas de PC manufacturés, pas de cloud sans chiffrement en local.

GNU/Linux, GnuPG, encfs, OTR, Tox, Tor, Steghide, Unbound, Ghostery, Adblock Edge, HTTPS Everywhere, Noscript, et j'en passe !

Fuck !
... et leur faire comprendre ce qu'on pense de leur politique le 22 mars.
Il a dit la vérité, il doit être exécuté (d'après Guy Béart)
On va leur dire ce qu'on pense de leurs lois à la con le 22 avril !
Eux ne confondent pas leurs intérêts avec les nôtres !
Donnons à ces pitres, notre avis sur ces mesures, le 22 mars !
En janvier, le premier ministre britannique s'est prononcé pour l' interdiction des outils de communication qui offrent un très haut degré de confidentialité, au motif qu'il est nécessaire que l'État conserve la capacité à écouter les conversations en cas de nécessité. Quelques jours plus tard, David Cameron sollicitait le soutien de Barack Obama sur ce dossier, lors d'un déplacement aux USA.


On savait déjà que les cons osaient tout. Ce qui me chagrine, c'est que ce genre de velléités nous faisaient encore rire il y a peu. Aujourd'hui, on y est... 1984 !
Sauf que Washington n'est pas vraiment en situation de pouvoir donner des leçons, car c'est aussi au nom de la lutte anti-terroriste que la NSA dispose de moyens très vastes et bénéficie d'un cadre juridique lui permettant d'accéder à des tonnes de données personnelles provenant des principaux services en ligne américains (Google, Facebook, Skype, Yahoo...).


Eh oui ! Il va être de plus en plus difficile de refiler leurs produits vérolés au monde entier !
Numerama sur les réseaux sociaux