wormlore

Inscrit depuis le le 02/04/2010 à 10:43
1084 messages publiés
Envoyer un message privé
Derniers messages de wormlore :
Je ne pretends pas le contraire. Je soulignais juste que le systeme democratique actuel etait hypocrite. Les monarchies absolues sont claires sur le sujet: un homme a le pouvoir de decision final, et quiconque attire son attention est en position de force.
La democratie est un systeme ou l'interet general est suppose primer sur l'interet particulier et les grands discours des politiciens vont en ce sens: le triomphe de la democracie, le regne de l'egalite et de la liberte... tout ca.

Ce que je denoncais la n'etait donc pas la corruption generalisee, mais l'hypocrisie qui regne a son sujet.

nb: le systeme americain EST hypocrite. Ils pretendent que ce n'est pas de la corruption "parce que" c'est transparent. Tu trouves que ca rend les choses plus honnetes? J'imagine que c'est une question de point de vue.
C'est ce que disait Microsoft il y a quelques annees.
8 lettres pour un nom de fichier et 3 pour l'extension, c'est suffisant pour tout le monde... On connait la suite.
Examinons la situation...

D'un cote, des crapules reunissent une grande quantite de donnees pointant du doigt la corruption generalisee autour d'une entreprise donnee. Les moyens employes sont illegaux et illicites, leur but reel probablement peu avouable, mais les informations revelees sont d'utilite publique.

En face, une entreprise mine regulierement les droits des citoyens, pousse vers plus de surveillance et de controle en leur faveur, reclame des millions de dommages et interet pour une poignee de films mis en partage, promeut la mediocrite artistique, corrompt des legislateurs et des procureurs... et se plaint lorsque que tout est devoile. Ils ont raison de dire que le chantage dont ils sont victimes est ignoble, mais vu que ce chantage est fait sur la base d'information sur leurs exactions a notre encontre, j'ai du mal a sympathiser.

Et la, George Clooney nous demande de prendre parti pour l'une de ces crapules. J'aimerais soutenir la victime dans cette histoire... mais quelque soit le vainqueur de cet affrontement, la victime c'est nous.

Je comprends qu'il est difficile de reunir des soutiens dans ces conditions.
Apres, la question est-elle la peur d'etre la prochaine victime des pirates? Ou simplement la peur d'etre associe avec une compagnie corrompue a une telle echelle?
C'est toute l'hypocrisie des systemes "democratiques", particulierement aux Etats-Unis mais pas seulement, ou la corruption est legale. Elle porte d'autres noms, lobbying, financement des campagnes, etc. mais l'idee reste la meme: des groupes d'interet versent de l'argent (directement ou non) a des candidats ou des elus... et s'attendent evidemment a des retours d'ascenceur.
Ce n'est pas toujours aussi flagrant (ca peut prendre des formes plus detournees comme des propositions de postes... effet "revolving door"), mais ca n'a jamais ete reellement discret non plus.

Le probleme est que beaucoup de citoyens s'en moquent (la plupart du temps), parce que leur droit de vote est la "preuve" qu'ils sont en democratie. (Ils n'ont jamais du entendre parler des elections "libres" dans certains "republiques".)
"Mais on peut se demander en quoi il est logique de continuer à instruire ces dossiers pour des personnes disparues, car il est certain qu'elles n'innoveront plus à présent !"
En fait, ca a du sens dans la logique legislative actuelle.
Ces brevets ont ete deposes de son vivant (je l'espere du moins, sinon ca serait de l'abus caracterise), et son droit est cense commencer a ce moment. Sa mort n'invalide pas le brevet (s'il est bien valide) et celui qui en herite (les heritiers du defunt ou la compagnie, je ne sais pas trop) peut donc continuer a les exploiter jusqu'a expiration.
Le seul moyen de rendre ces procedures caduques est d'invalider tous les brevets dont l'auteur est mort. Sans cela, poursuivre ces procedures est coherent.

Evidemment, "il est certain qu'elles n'innoveront plus". Mais ca vaut pour tout type de "propriete intellectuelle". Cette denomination est censee couvrir de nombreux "encouragements a la creation", mais aucune n'expire automatiquement a la mort de son auteur. Il y a une forme de logique a prolonger les droits apres la mort de l'auteur, meme si elle est completement corrompue dans les delais existants maintenant.
Pour le droit des brevets, contrairement au droit d'auteur, la duree de protection est une valeur absolue (20 ans, de memoire), ce qui permet d'etablir des projections sur son utilisation et donc sur les retours sur investissement. Certains pourraient commencer a rechigner a acheter des brevets s'ils pouvaient expirer a tout moment.

On peut donc debattre du bien-fonde de ce systeme, mais ces decisions sont coherentes dans le cadre actuel. Je ne classerais donc pas ceci comme un "patent madness". (Certainement pas comme un "patent wisdom" non plus, faudrait pas exagerer.)
Pas fou le Marc. Facebook est le royaume des Bisounours ou tout le monde s'aime.
Et meme si ce n'est pas vrai, expliquer que tu "n'aimes pas" doit passer par un commentaire qui se fondra dans la masse alors que si tu "aimes", un clic suffit et se retrouve comptabilise bien en vue.

Un millier de "likes" et un million de "commentaires negatifs" et tout ce que la plupart des gens voient se resume au millier de "likes". Mais ce n'est pas grave parce que c'est le monde merveilleux de Facebook!
"Un equivalent" parce qu'il ne s'agit pas d'elements pouvant tomber sous le droit d'auteur ou l'un de ses derives. Les donnees personnelles ne sont pas protegees par le meme regime, donc il faut logiquement une licence a part.
Cependant, le plus gros piege serait de commencer a considerer les donnees personnelles comme une "propriete intellectuelle", puisque l'un des buts vises par ceux qui pensent a ce regime de "propriete" est de pouvoir les transmettre. Voyez le billet de Calimaq sur le sujet sur son blog S.I.Lex.
( http://scinfolex.com/2014/06/19/le-cnnum-sest-prononce-contre-linstauration-dun-droit-de-propriete-privee-sur-les-donnees-personnelles/ et quelques autres apres ca.)
En termes logiques, non (A et B) = non A ou non B.
Donc, Scoubidou a raison, si la collecte n'est pas legitime si elle est massive et sans condition, elle pourrait l'etre si elle est non-massive ou sous condition.

La phrase serait plus interessante si elle se concluait par "des lors qu'il est massif ou sans condition". Avec ca, elle ne serait legitime que ciblee et sous condition.
Mieux encadrer la collecte étatique des données. En reconnaissant que les révélations d'Edward Snowden avaient généré une "onde de choc", Manuel Valls a assuré que "les missions de police et de renseignement doivent demeurer supervisées par la justice", ce qui est une expression pour le moins curieuse.

Paroles...

La récente loi de programmation militaire (LPM) qui avait été défendue par Manuel Valls ne prévoit par exemple aucun contrôle judiciaire pour la collecte en temps réel de données sur internet en France.

Actes...

Manuel Valls a assuré que la loi viendrait apporter en 2015 ou 2016 des règles uniformisées de contrôle des "actes des services de renseignement", sans dire si la LPM serait également concernée.

Paroles...

Je pense que c'est assez explicite.
Bon, 5 ans de prison, ca ne sera surement jamais applique a l'acheteur perso, on est d'accord. Mais pour ceux qui achetent en grande quantite pour la revente... revendre des cigarettes sans etre membre du monopole officiel, ni payer les taxes appropriees, c'est pas deja sanctionne? Il faut encore un crime special parce que c'est Internet?
Donc, un tribunal secret pense que les garanties secrètes révélées en secret [au cours de l'instruction] constituent une protection adéquate de notre vie privée.


Assez amusant et proche de ce qu'a sorti John Oliver sur les "garanties procedurales" du choix d'une cible a abattre par drones.

Mais j'aurais plutot mis l'accent sur cette "exception" a l'article 8, telle qu'interpretee par le Royaume-Uni: en gros, nous avons droit au respect de la correspondance privee sauf en des cas exceptionnels... jusque la ok. Et donc, une surveillance globale et constante constitute un regime d'exception, meme "encadre et proportionne"?

C'est a ce genre de choses que l'on voit que les simples citoyens ont beaucoup moins de droits reels que de droits theoriques, et encore moins le droit a un minimum de respect de la part de leurs gouvernements.
Ma reponse ici est que je ne suis pas tant gene par le titre. Vouloir faire du click, c'est naturel, meme si ca peut irriter.

Le probleme est que Guillaume reprend ce terme plusieurs fois, sans aucun sens critique. Il s'amuse a constater que pas mal de Francais semblent encore privilegier les modes de communication prives, mais ne semble pas plus que ca gene par le terme, ou ne semble pas voir le biais implicite que cette "etude" utilise pourtant assez visiblement.

Numerama encourage a "reflechir le numerique", mais - sur certains sujets, au moins - on a l'impresion qu'il ne le fait plus lui-meme.
La, je suis d'accord a 100% avec solarus et d'autres ici. Qualifier de "dark social" les outils de communication prives, qui existent depuis plus longtemps que les "reseaux sociaux", c'est assez triste.

Le probleme est que les "reseaux" tels que Facebook, Twitter et autres nous habituent a la communication publique, a annoncer au monde les evenements sans interet de nos vies quotidiennes.

A cote de ca, les methodes de communication plus personelles sont decouragees par ceux qui ont tout interet a ce que nous partagions nos informations le plus possible. Et je trouve que les termes utilises dans cette etude y participent.

Ces modes de communication ne sont pas aussi ouverts que FB, Twitter... Le seul interet des reseaux sociaux, c'est quand on veut activement toucher un large public. C'est un but tres different de l'email ou de forums specialises... ca ne rend pas ces derniers obsoletes ou "dark" pour autant.

Ou alors, ne pas ceder aux modes et aux publicites, c'est "dark"?
Petite erreur ici, fcna2005.
Le Conseil d'Etat ne "vient" pas de valider le dispositif. Il l'a toujours fait.
De plus, la RCP est une obligation europeenne, donc elle est obligatoire pour la France.

Pour rappel, le Conseil d'Etat a reconnu l'illegalite de nombreuses decisions ces dernieres annees, mais n'a jamais remis en cause le dispositif lui-meme, ni dans son concept, ni dans les regles qui fondent la commission Copi Privee. De plus, il a toujours estime, a plusieurs reprises, que les justifications et conclusions de la commission etaient illegales, mais que cela n'invalidait pas les sommes recoltees.

Bref, la seule chose que le Conseil d'Etat vient de faire, c'est valider une decision, la premiere depuis quelques temps... et, a mon sens, pour de mauvaises raisons. Mais les motifs de contestation n'etaient pas terribles non plus, donc ce jugement n'est pas si surprenant.
Les terroristes utilisent Internet... et des voitures, des avions, des explosifs professionels, militaires... ou meme artisanaux, et surtout des armes. Curieusement, pas un communique pour recommander de ne pas leur vendre d'armes. Il y a des priorites dans la vie...
Les deux points importants dans cet article sont les suivants:

- C'est le projet de loi "d'adaptation au droit de l'Union Européenne dans les domaines de la propriété littéraire et artistique et du patrimoine culturel". Ils peuvent tenter de justifier tout ce qu'ils veulent, la verite est que nous n'avons pas le choix puisque c'est une directive europeenne.

- "Il montre que d'ici quinze ans, les maisons de disques pourraient générer 3,5 millions d'euros de chiffre d'affaires supplémentaire en ne faisant rien de plus, juste par l'effet mécanique de l'allongement des droits"
Oui, le but est simplement d'augmenter les revenus d'un secteur particulier sans qu'il n'ait le moindre effort a fournir. Toujours pas de loi imposant la disponibilite des oeuvres contre une licence abordable. Ca serait aller contre la "loi du marche", mais 1- ca existe deja pour les radios et 2- vu que la "loi du marche" ne fonctionne pas, il a besoin d'un minimum de regulation.
(...) dont l'objectif sera de permettre l'examen de ses codes sources par les autorités nationales.

Cela n'a d'interet que si les autorites en question compilent et installent eux-memes le code. Sinon, rien n'interdirait un "bait & switch": je te montre un code A (un programme sans backdoor) et je t'installe un executable B (le meme, avec backdoor).

Cependant, le probleme n'est pas qu'au niveau des programmes employes. Les traites et accords d'echange d'information entre nations etait egalement en question. Sans compter les lois locales permettant la surveillance des communications par des societes privees, telles que le lobby du Copyright.

Bref, c'est un bon point, mais c'est tres, tres en-dessous des necessites legislatives a entreprendre pour restaurer un semblant de vie privee.
Ca rapportera moins que 5000 téléchargement X 0,46€ sur une plateforme populaire.

Sauf que tu negliges un autre detail: les 0,46E sont la part des artistes. tu dois donc rediviser par le nombre d'artistes presents sur la plateforme. (Du moins, pour une moyenne. La repartition n'est probablement pas faite aussi simplement, defovirsant encore plus les artistes ou les genres les plus confidentiels.)
Le nombre d'abonnes devrait etre largement plus grand que le nombre d'artistes, mais vu qu'on parle de multiplcation/division, ca change quand meme pas mal l'ordre de grandeur.
Elle montre que les artistes interprètes ne gagneraient que 0,46 € sur les 9,99 € d'abonnement mensuel à une plateforme de streaming comme Deezer ou Spotify. (...)

0,46 % du chiffre d'affaires TTC va aux artistes

0,46E sur 9,99E (arrondi a 10E), ca fait plus 4,6% que 0,46%.
Ca change pas mal de choses, meme si je pourrais etre d'accord sur le principe.

Sauf que...
Il faut rappeler que les artistes-interprètes, contrairement aux auteurs, touchent une rémunération salariale au moment de l'enregistrement, versée par le producteur. C'est donc pour le complément de revenu au titre des droits voisins, tout au long de l'exploitation des titres pendant bientôt 70 ans, que l'ADAMI se bat.

Et c'est la que je suis plus partage. Il faut les payer lors de l'enregistrement ET pendant les 70 ans qui suivent? Je trouve ca un peu abusif.
Numerama sur les réseaux sociaux