Meddle

Inscrit depuis le le 11/10/2009 à 19:03
101 messages publiés
Envoyer un message privé
Derniers messages de Meddle :
bah oué mais non. même pas constitutif d'une menace d'ailleurs.
C'est juste une règle de droit international commune à tous les pays.
". Le problème consiste donc à rémunérer une prestation avec un droit d'auteur, c'est là que ça ne colle pas."

Alors ce n'est pas vraiment ça :
Dans mon cas, artisan photographe (assez loin de l'artiste à mon sens, mais apparemment c'est du domaine culturel quand même), je facture d'abord une prestation (à xx€ de l'heure par exemple). Le client récupère donc le résultat de cette prestation, et peut l'utiliser de manière privée.
En revanche il n'est pas autorisé à reproduire ou diffuser ce résultat. Bon, franchement, quand il s'agit de petits clients qui veulent diffuser leur photo sur facebook ou l'imprimer, la cession des droits d'auteur est inclue dans le prix de la prestation... mais est limitée !!! Je ne leur cède pas tous les droits. Ils ne peuvent pas faire tout ce qu'ils veulent de ou des photos résultant de la prestation (l'exploiter à des fins commerciales par exemple). Je pourrai trouver des CC pour ça je suppose.

Ensuite, si le client compte faire une utilisation représentative (photo diffusée sur un site professionnel, pas forcément marchand d'ailleurs) ou marchande de la photo, là je facture des droits d'auteur en plus, de façon forfaitaire également, selon les prix du marché.

Du coup pour une photo qu'on me demande de réaliser et qu'on veut mettre dans un magasine par exemple, la facturation comprendra la prestation + les droits d'auteur.

Je ne sais pas si tout cela te parait normal, mais de ce que tu disais avant, je pense que oui.

Ensuite, le cas où l'on veut utiliser une de mes photos, faite en dehors de toute commande, donc constituant un travail non rémunéré :
Pour une publication, ou une utilisation pour une pub : facturation en droits d'auteur, également forfaitaires. Mais uniquement en droits d'auteur du coup !! Et des doits d'auteur toujours évalués en fonction de l'utilisation, et donc limités.
Pour une vente privée d'un exemplaire de la photo que le client veut mettre dans son salon : facturation en droits d'auteur également (incluant généralement le cout de fabrication). Là c'est du tirage "d'art", donc ça change un peu la donne. Tirage limité, qui augmente la valeur... un peu comme acheter un tableau...

Bref, voilà pour le résumé du cas du photographe.

Pour l'artiste musicien par exemple, je pense qu'on peut raisonner dans les mêmes termes :
Un paiement normal pour les divers prestations, l'enregistrement d'un album, les prestations scéniques, etc...
Un paiement en droit d'auteur pour l'utilisation privée ou marchande du résultat... et à mon avis tu bloques sur "l'utilisation privée".
Si on reprend l'exemple du photographe, c'est le cas où je vends une photo déjà réalisée à quelqu'un qui veut l'accrocher dans son salon (et donc en "profiter", sans sens péjoratif).
Ta logique voudrait sûrement que je ne fasse payer que la fabrication, et aucun droit d'auteur, je me trompe ?
Sauf que... sauf que pour réaliser telle photo, j'ai investi du temps, beaucoup de temps, de l'argent, beaucoup d'argent... oui ça fait parti d'un tout, mais ça compte tout de même non ?
Je trouve donc normal de faire un retour sur investissement auprès des personnes qui veulent "profiter" de mon travail.

Alors je t'entends venir : "oui mais si tu as déjà été payé pour la photo qu'on veut t'acheter (c'est une oeuvre de commande par exemple)". Alors dans mon cas, la question peut se poser, et il est vrai qu'il ne s'agit plus alors de "retour sur investissement"... il s'agit simplement de contrepartie pour profiter d'un travail accompli (ce que je trouve juste, et ce que tu considères comme... "parasite" ? ... et généralement les artistes et les artisans ne roulent pas sur l'or (comme tu l'as si bien fait remarquer), et cette source de revenus supplémentaire est plus que bienvenue.
Ce serait par exemple le cas du musicien déjà rémunéré pour enregistrer son album. Sauf que ! Sauf que la rémunération de l'enregistrement ne prend pas en compte le processus de création, qui sera lui rémunéré a posteriori par les droits d'auteur. Il ne s'agit d'ailleurs pas forcément de la même personne...

Bon y'a plein de cas différents en fait... je vais être trop long à envisager tout ça...
Juste que globalement, il me parait normal de rémunérer le créateur, même si je ne fais que profiter personnellement de son oeuvre. Après si ça rémunère les intermédiaires, eh bien... je ne suis pour ma part pas convaincu, malgré les pratiques certes peu scrupuleuses des maisons de disque (je connais bien, j'y ai bossé, que les intermédiaires soient si inutiles que ça.
Investissements financiers pour la promo, pour l'enregistrement, etc...
Ca devient peut être moins utile maintenant grâce au net et au DIY, mais ce n'était pas le cas avant... et les intermédiaires restent utiles à mon sens.

Aller sur ce...
Oh ciel, un appel à frauder.

Comme la quasi totalité des commentaires (voire des articles) de ce site concernant le piratage.

C'est honteux et scandaleux !
Quelles notions nouvelles soulevées par TPB ?

"Un défaut manifeste de fondement comme si la liberté d'expression ne saurait être évoquée comme argument...", bah tu m'étonnes ahahah ! Sérieusement... "liberté d'expression" pour ce cas là... c'est comme si les filles elles avaient pas de cheveux quoi, allo !
Mais ouay ! Gagner de l'argent en étant coupable de complicité de contrefaçon, c'est de la liberté d'expression !

Wouhou !!

Décision logique et légitime !
Je suis moi même devenu photographe grâce au net, donc loin de moi l'idée de critiquer cela !

Je ne dis pas qu'on me force à, je dis qu'on aimerait me forcer à ! Je suis bien content d'avoir mon arsenal juridique

Que les industries défendent leurs intérêt en faisant la guerre aux pirates, je trouve ça légitime bien que surement peu utile. En revanche qu'elles fassent la guerre aux autres alternatives, je trouve ça petit et mesquin.

Comme toi, je suis pour qu'on ait le choix : si je veux diffuser librement, je peux le faire. Si je veux me faire rémunérer, alors payez pour profiter de mon oeuvre ! C'est pas plus difficile que ça finalement.

Tu réponds à la question de "comment rémunérer le créateur" en disant que de toutes façons ils bossent à côté et qu'ils font avec... (si je déforme dis le, mais ça me semble être le sen ce que tu écris)... ça me parait un peu léger quand même non ?
Tu as oublié la catégorie du milieu : il y'a des artistes qui travaillent pour vivre de leur art. Pour le diffuser, et en être rémunéré de façon juste et légitime. Pas juste pour faire du fric, pas juste pour diffuser leur oeuvre... un entre deux.
Bon.

En fait globalement on est d'accord sur certains points primordiaux, qui sont que :
- un artiste / créateur / producteur d'une oeuvre de l'esprit a droit à rémunération pour utilisation de son oeuvre, et a droit de pouvoir vivre de son art.
- les oeuvres de l'esprit doivent retourner un jour ou l'autre dans le domaine public.
- le constat que le téléchargement et l'avènement du tout gratuit est plus ou moins inéluctable.

En revanche nos points de vue diffèrent sur :
- La notion d'utilisation non marchande. Ok la culture c'est spécial, extraverti, collectif... ce n'est pas pour autant qu'à mon sens chacun peut profiter du travail d'autrui sans contrepartie, même si...
- ... produire une oeuvre n'est pas un travail comme un autre. Je veux bien, mais qu'est ce qui fait la différence, et en quoi cela doit il changer le fait qu'un travail mérite une rétribution ?
Le fait que ce soit la production de quelque chose de culturel, qui donc appartient à tout le monde ? Mais c'est aussi et tout de même avant tout un processus créatif impliquant l'empreinte de la personnalité de l'auteur, quelque chose de personnel, et qui autorise l'auteur à divulguer ou non son oeuvre, à interdire toute modification de celle ci, etc...
J'avoue que pour moi, imbécile sûrement, je ne vois pas bien la différence entre ma prestation de service et celle d'un autre...
Bon c'est ptêt parce que c'est plus une prestation de service (justement), qu'une création d'oeuvre, il faut l'avouer.

C'est sur ces 2 notions de travail et d'utilisation marchande où l'on est pas d'accord. J'ajouterai peut être que je ne sacralise surement pas autant la culture que toi.


Question :
On parle ici a priori uniquement des droits patrimoniaux de l'auteur.
Que penses tu du droit moral ? A priori pour la partie "paternité" tu sembles ok... mais pour ce qui est du respect dû à l'oeuvre ?
Aller je fais court, on va tourner en rond de toutes façons :

1. je ne suis pas un artiste, et donc encore moins un "artiste professionnel". Je suis un artisan... ça doit être pour ça que les considérations telles que "la culture appartient à tous" ne me parlent pas

2. On est d'accord : c'est un constat et pas une volonté. Je ne l'ai jamais nié ce constat... si tu me relis, je critique surtout l'hypocrisie des "pirates" (comme toi). Mais c'est une fatalité, donc faut qu'on fasse avec. Ca ne me dissuade pas de créer et de diffuser pour autant.

3. Eh bien moi je considère normal de payer si j'utilise une musique pour mon site, même si l'usage est non marchand. Je paye bien mon hébergeur, mon électricité, etc... pourquoi ne payerai je pas pour la musique puisque je m'en sers ?
Donc non, ça ne rentre pas, et je ne pige pas ton point de vue.
Ou plutôt si : c'est un point de vue de profiteur parasite.

Le principe du "profiteur payeur" me parait le plus juste, c'est tout.
J'adore ton premier lien : "Même si certaines activités créatrices seront très difficiles à rémunérer autrement qu'en faisant payer le fruit de la création elle-même, les professionnels "devront trouver un moyen" d'y arriver."
Ahahaha !
"Yakafocon, merci, au revoir".

Ecourtons donc, car oui, je pense que tu es un rebelle à 2 balles. Qui réfléchit certes. Mais ça ne change rien

Pour l'utilisation de mes photos, comme je le précisais : "ça dépend de l'utilisation et de l'entité qui l'utilise"
Mais par exemple, si j'avais utilisé une musique sur mon site photo (qui n'ets qu'une galerie), j'aurai estimé normal de payer la sacem pour ça... pas toi je suppose ?

Les intermédiaires auront beau faire du lobbying (que je trouve totalement justifié pour la lutte anti piratage, moins pour les monopoles... on doit avoir le choix en effet), si les artistes ne veulent plus signer avec eux, ils l'auront dans l'os
Bizarrement, ce n'est pas le cas... va comprendre les artistes hein !

Et finalement tu serai d'accord pour rémunérer tout ce beau monde par une licence globale, si l'on en croit le 2è lien que tu postes.
Le mec critique juste l'attitude répressive des majors, mais ne remet pas en cause le fait de payer pour accéder à une oeuvre... un crétin donc, si l'on en croit ta dernière phrase (de ton avant dernier post).

Et pour revenir sur le premier lien : le mec ne fait qu'un constat... il constate une fatalité, et dit qu'il faut faire autrement (en restant bien vague bien entendu). Il ne dit pas que c'est ce qui doit être
Il a raison le pépère, et les majors le savent bien : il faut trouver une autre source de revenu que la vente de CD...
Est ce pour autant légitime que la musique soit utilisée librement et gratuitement ? Ton prix nobel ne se prononce pas là dessus. Moi je dis non, ce n'est pas légitime.
Oui, la plomberie c'est très noble aussi, mais ce n'est pas ce qui me botte.

Moi je n'ai rien contre le fait que des photographes autorisent la diffusion gratuite de leur image. Bon ça me fait un peu chier, mais eh, c'est la loi de la concurrence.
En revanche, je n'accepterai pas qu'on utilise une de mes photos, fruit de mon travail et de mon temps, sans me le demander, voire sans me rémunérer (ça dépend de l'utilisation et de l'entité qui l'utilise).

La culture appartient à tous...

"Si tu veux bosser dans la culture, tu dois en accepter la règle fondamentale : la culture appartient à tous. Tu fais des photos parce que tu as VU des photos."
Euh... oui. Et je les ai vues où ces photos ? Elles me sont apparues par magie dans le ciel ?
Ou peut être est ce que je les ai vues dans un magasine que j'ai acheté (avec de l'argent, sisi), le magasine ayant lui même payé l'auteur des photos pour les diffuser (toujours avec de l'argent oui oui)
Ca marche aussi pour la pub, les expos, les livres, etc...
Et parce que j'ai vu des photos, mon travail devrait appartenir à tous ?
J'imagine que le boulanger qui fait du pain parce qu'il en a mangé et qu'il a trouvé sa bon doit également donner son pain gratuitement.

Cela dit, que le monopole d'exploitation soit provisoire, je le comprends bien. Y'a le domaine public pour ça. On peut débattre de la durée des droits, qui est aussi longue pour certaines raisons... mais moi qui n'ai pour l'instant pas d'héritiers, je m'en fous un peu et j'estime qu'après ma mort on peut faire ce qu'on veut de mes photos (qui sont loin d'être des oeuvres d'art d'ailleurs, du coup tu les "volerai" surement si tu en avais besoin ).

Quant à ton laius sur les intermédiaires... la chronologie des médias pose problème ? Pourquoi ? Parce qu'on doit attendre un peu ? Sérieusement ?
Et si les intermédiaires perdent leur raison d'être et doivent disparaitre à cause de la technologie... pourquoi ne pas les laisser disparaitre de leur belle mort ? Ils vont bien disparaître tout seuls non ? Vu que plus personne ne voudra d'eux, que les artistes se débrouilleront tous par eux même...
Personnellement j'en doute
Tu te sens le besoin de faire ton rebelle à 2 balles : "ahah je pirate votre film parce que vous êtes un méchant intermédiaire bidon, et que je veux que vous disparaissiez, alors je profite sans payer, et j'espère que tout le monde fera comme moi".
Ce n'est même pas une question de marchandise, mais de rémunération d'un travail !!!
C'est dingue ça quand même, de refuser de rémunérer un travail dont on profite, seulement parce qu'on le considère comme "pas artistique".

Comme si mes clients me disaient : "bon vos photos là... c'est de la merde. On les utilise quand même sur notre site et pour notre magasine hein ? Mais c'est de la merde artistiquement parlant, du coup on vous paye pas".
Oo

Quant aux blockbusters déjà payé avant sa sortie sur grand écran... euh... oui. Et donc les studios qui permettent la création du film en investissant du temps et de l'argent (ou seulement de l'argent) pour que sa réalisation soit possible, ne méritent pas de retour sur investissement ?
J'ai vraiment du mal à comprendre pourquoi.

"Bah c'est pas une justification, tu penses bien que j'ai pas à me justifier devant qui que ce soit."
T'as quel âge ?
"Je ne pirate pas parce que les Majors sont méchantes, Meddle. Quand je pirate, je contourne le diktat d'une Major qui ne sert à rien."

Ok. Donc c'est bien ce que je dis (de façon caricaturale certes).

Faudra m'expliquer la raison de ça : "Je pirate systématiquement les grosses productions commerciales s'il me prend d'en visionner/écouter une.".
Sérieux ! La blague ! Soit tu considères que c'est de la merde et une production des majors indigne de ton esprit, et du coup tu ne regarde / n'écoute pas. Ou alors tu veux quand même en profiter et tu payes !!

Tu achètes tes livres ? Les éditeurs ne sont pas des "majors qui ne servent à rien" ?

Sérieux : "Je pirate les films qui n'ont que peu d'intérêt artistique à mes yeux, j'achète ce que je considère comme des oeuvres d'art."
J'espère que c'est pas une justification, et que c'est juste un constat !
"Et alors ? Ca change quoi au fait que la musique n'est fait que de transformation de l'existant, de mélanges d'influences différentes, de samples et sonorités reprises ?"

Euh... oui ? J'ai parlé de ça moi ? Je ne crois pas
Pour ce qui est des photographes :
Admettons que tout un chacun n'ait besoin que de bon matos pour être photographe (sic).
Ce n'est que de la concurrence.
Pas du piratage. Pas de la contrefaçon. Pas du vol.
Donc faut faire avec... c'est aux photographes de prouver qu'ils amènent une valeur ajoutée.

Ce n'est pas la réalité technologique qui a battu le schéma en brèche... c'est l'utilisation de cette technologie. C'est le comportement frauduleux et égoïste des consommateurs, dont une petite partie assume cela, et dont la majeur partie (comme ici) essaye de trouver des justifications foireuses.

Après que ce soit inéluctable, car l'homme est égoiste, soit ! Mais pitié, pas de "je pirate parce que les majors sont méchantes" !
1. Ah non, je ne sais pas. C'est financé comment ?
Les résistances et transistors doivent surement être brevetés. Le fabricant de la table de mixage a bien du acheter les résistances non ? Or ces résistances sont fabriquées soit par celui qui possède le brevet, soit par un tiers qui reverse une part à celui qui possède le brevet.
C'est rarement une personne seule qui possède ce genre de brevet. C'est la problématique de l'invention salariée.
Ce n'est que supposition logique, mais je pense que ton affirmation est fausse

4. Mais s'ils veulent profiter ton boulot, ils sont contraint de payer non ?
Ils n'ont peut être rien demandé

Et encore faut il prouver que leur rythme est protégeable par le droit d'auteur (avec les conditions que cela implique).
1) Pas de phase de conception intellectuelle ? Les mecs ils ont transformé les matériaux bruts avec un plan trouvé dans la nature ? Tu vis sur quelle planète sérieusement ?

2) ok.

3) Je parlais de ceux qui en avaient fait leur métier

4) Non je ne rabaisse pas l'art à un simple job. Mais certains ont choisi de faire de leur art leur job. Tu dois être aigri et jaloux qu'ils y arrivent
Ils veulent te rémunérer sans y être contraint ? Ahahahahahah. La perle de l'année.
Numerama sur les réseaux sociaux