byte_order

Inscrit depuis le le 16/06/2009 à 14:58
704 messages publiés
Envoyer un message privé
Derniers messages de byte_order :
Le *risque* d'accidents industriel est-il plus important dans d'autres secteurs industriels ?

Oui.
En partie, justement, parce que la culture de la sécurité y est moindre que dans le nucléaire.
Pourquoi la culture de la sécurité est plus répandue dans l'industrie nucléaire ?

Parce que si le risque d'accident y est moindre, les conséquences du "worst case" sont plus *durablement* catastrophiques. De tous les accidents industriels de l'histoire, aucun n'a atteint l'ampleur, l'échelle de ceux de Tchernobyl et Fukushima.

Ce n'est pas moi qui l'affirme, mais le montant de d'argent qu'on englouti chaque année pour en limiter, réduire, contrôler l'étendu. Le nouveau cercueil de Tchernobyl n'est pas construit gratuitement ni pour faire plaisir au public. Les milliards de yens - public - injectés par le gouvernement japonnais chaque année et, sauf changement radical, pour les 30 prochaines années pour gérer les conséquences de Fukushima ne font le bonheur de personnes, sauf des sous-traitants mafieux de Tepco...

Comparez avec tous les autres accidents industriels et les couts qu'ils ont engendrés :  aucun n'atteint les mêmes sommets d'argent dépensés.
Et dans un monde ou le fric est la mesure de toute chose désormais, le montant d'argent dépensés à cause d'accident industriel nucléaire me semble une mesure claire.

La culture de la sécurité de cette industrie n'est pas de l'altruisme ou une sorte de moralité supérieure dans cette industrie que dans les autres. Non, c'est simplement la réponse logique à la parfaite conscience que le plus grand risque, en premier lieu, c'est la la survie économique de l'industrie nucléaire elle même.
Pas nécessairement, non.

Le point le plus sensible, pouvant déclencher une escalade de problèmes qui, cumulés (et ceux, sans même compter sur les erreurs humaines quasi inévitables qui s'y ajouteront)  atteindront un seuil dramatique, ne se situe pas toujours dans le bâtiment des réacteurs d'une centrale.

Les 6 générateurs diésels dont 3 situés sous le niveau de la mer sans mesure anti-inondation a jouer un rôle majeur à Fukushima. Par exemple. Et pourtant aucun n'était dans un bâtiment de réacteur.

La présence de la centrale de distribution électrique de secours dans la même zone, donc inondable elle aussi, alors les 3 autres générateurs supplémentaires étaient, eux, fort judicieusement localisés plus loin et plus haut est un autre exemple d'un point unique de panne non situé dans un bâtiment de réacteur mais qui peut, à lui seul, entrainer des conséquences considérables.

Malheureusement, il n'y a aucune raison de penser que nos centrales bien françaises n'ai pas elles aussi ce type de faille, en particulier parce que la résistance à l'éventualité d'une chute (disons volontaire, bien que cela ne change que sa probabilité, pas ses conséquences) d'un aéronef n'a jamais fait l'objet d'une exigence absolue lors de leurs constructions, à la fin des années 70.
On pourrait déjà commencer par *réduire* nos besoins énergétiques, avant de contempler la quasi impossibilité de cesser d'être accro à l'énergie.
Mais comme réduire la consommation n'est pas profitable aux mêmes personnes, c'est un sujet qui fâche souvent.
La menace ne vient pas de ces dromes, mais du fait que des personnes visiblement voulaient voir de plus prêt qu'autorisé des détails (position des caméras de surveillance, structures potentiellement porteuses, trappes de services, que sais-je...) de l'installation de nos centrales et centres de recherche nucléaire.

L'information est une arme très puissante.
On est en 2014, c'est dommage de devoir le rappeler.

Que peuvent faire de ces informations collectées par les dromes les personnes ayant fait ces opérations, j'en sais strictement rien. Mais ces informations, quelqu'elles soient, ne sont plus sous contrôle. Et si l'on interdit tout un chacun de se balader comme bon veut dans nos sites nucléaires, c'est pas uniquement un problème de contrôle d'accès, soyons pas naïf.

Et c'est là qu'est la menace.
A ma connaissance, l'inondation d'une vallée pour la mise en eaux d'un barrage ou le creusement d'une mine ne se fait pas de manière imprévue, soudaine, sans prévenir.

Mais sinon, félicitations pour cette tentative pathétique de retournement rhétorique.
"tout ces pays sont-ils fous ? Sont ils inconscients ou raisonnables face au défi du réchauffement climatique et de la raréfaction des ressources fossiles?"

Ni l'un ni l'autre.
Ils sont justes accro à l'économie de marché.
Et l'économie de marché est, elle, accro à deux choses :
- l'énergie pour produire de biens et de services
- les bénéfices pour certains, les conséquences néfastes pour les autres.

"l'énergie nucléaire est la plus concentrée par unité de masse, de volume ET de surface !"

Tout à fait.
C'est donc aussi, de facto, du fait même de cette caractéristique, la plus dangereuse de toute. Pour les mêmes, exactes, raisons. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre, désolé.

Tout se réduit systématiquement à un seul et unique argument : on maitrise l'atome vs on maitrise rien car on est trop junky pour ça.
Ah, bon, alors s'il suffit juste de ne pas être dans la grande zone polluée par les retombées radioactives immédiates ou d'avoir déménagé ailleurs juste avant l'accident, c'est cool, tout va bien, y'a pas de danger en fait.

On s'est fait peur pour rien.
Ouf.
De l'eau de mer, quand on construit la centrale quasi à hauteur de la mer *et* à moins de 500m d'elle.

Une théorie, hein. Toute ressemblance avec des événements réels ne serait que fortuite.
Contre la chute d'airbus ou de boeing.
Au hasard.
Du tout.
Il veut juste supprimer le risque industriel et technologique de rendre *durablement* invivable de vastes zones de la planète.

Tous les risques industriels et technologiques ne sont pas égaux. Vouloir supprimer les plus dangereux d'entre eux ne me parait pas être une folie, tandis que le message de ceux qui joue l'exagération permanente sur un retour à la préhistoire, sur l'absence de risque, sur le fait que devoir "gérer" (pour être poli)  les conséquences d'un accident industriel tel que celui de Fukushima pendant 30-40 ans minimum c'est parfaitement normal genre toutes les industries doivent faire ça, ce message là me parait lui bien plus proche de l'aveuglement.
En mettant des fenêtres à double vitrage orientées vers le sud et en faisant gaffe à l'étanchéïté de l'habitat, le tout achetées avec les économies faites en installant aucun radiateur électrique et donc aucune consommation électrique pour se chauffer.

Par exemple.

Et c'est pas théorique. Sinon plusieurs centaines de milliers de français vivent pas en France mais en... Théorie.
Et dire qu'en libéralisant le Peer To Peer, une grosse partie des problèmes de bande passante serait résolue.
Okay, d'un point de vue marketing, une solution qui marche sur la mutualisation, c'est le MAL absolu...
Sans volant, sans pédales mais avec... des rétroviseurs.
Cela doit être pour que les passagers vérifient si un 38 tonnes les suit ou pas, en effet.
Histoire de leur donner le temps d'appeler leur proches pour leur dire Adieu, "au cas où"... 
"Même en limitant l'application aux seuls majeurs, Apple ne veut rien entendre."

Heureusement, y'a d'autres doigts que le majeur à une main.
Mais cela confirme que cela peut donc bien rendre sourd.
Dans le cas des contes de Grimm, les textes originaux sont très souvent atroces : on y parle d'inceste, d'esclavagisme, de maltraitance avérée, d'emprisonnement, de vente d'enfants, etc.

Mais, okay, lisons les originaux à nos enfants. S'ils n'apprennent le goût pour la culture, du moins auront-ils rapidement celui de la cruauté humaine...
Aux hébergeurs... français. Ce qui ravira les concurrents internationaux d'OVH.
Pour sauver l'indéfendable dans l'ancienne économie (à savoir des ayants-droits rentiers à vie + 90 ans après), on hésite pas à tuer ce qui marche bien dans la nouvelle économie.

Bravo.
Il appartiendra toujours à citoyen de faire le seul effort indispensable à la démocratie et que lui seul peut faire : ne pas être le couillon d'autrui.

En l’occurrence, de se faire sa *propre* opinion.

Après, une démocratie voudrait également que si l'opinion majoritaire soit qu'aucun candidat ne plait, elle soit prise en compte.
Hors nos systèmes électoraux font que cette opinion, loin d'être aussi minoritaire, est toute simplement ignoré.

D'où l'écart de plus en plus important entre l'offre et la demande, et le recourt de plus en plus fréquent au vote sanction, à ne pas confondre avec un vote d'adhésion : personne n'aura mon bulletin mais pour vous le faire savoir, je vote pour ceci/cela afin que vous le remarquiez.
Ayant été loin de l'actualité médiatico-populiste ces 2 derniers mois, c'est pourtant exactement ce que j'ai du faire y'a 2 jours, pour comprendre en quoi "quenelle" et "Anelka" pouvait être lié.
Je suis l'une de ces recherches qui font exploser les statistiques sur ce terme.

Maintenant, libre à vous de projeter dans des statistiques vos peurs. Mais jusqu'à preuve du contraire, personne ne peut affirmer que la motivation première de ceux qui cherche ce terme soit une adhésion à une idéologie.

Sinon, une majorité de gens seraient probablement adhérant au nazisme également, vu que cela reste un sujet de recherche sur Internet très largement répandu...

Heureusement que de temps en temps, on a un pic de recherche sur des trucs moins dangereux, tel que "non mais allo quoi !". Quoi que...
Y'a pas qu'un conducteur dans un véhicule.
Parfois, y'a des passagers qu'ils faut bien occupé pendant les long trajets sous peine de créer alors un vrai risque à la sécurité en détournant l'attention du conducteur.

Toute ressemblance avec un long voyage de 2x900 km pour un séjour à la neige serait fortuite : cette fois-ci, la tablette mini-salle de ciné + 3 casques audio ont bien été utiles.
Oui, sous Android, la tablette ;-)

Et ne parlons pas du passager avant qui a chercher grâce à son smartphone les stations essences les moins chères et proches de la route, contacter différents intervenants pour annoncer l'heure estimative d'arrivée, etc.

Bref. Un véhicule de nos jours n'est pas forcément occupé que par le seul conducteur. C'est là, surtout, que le côté ultra-connecté devient intéressant. Par ailleurs, même dans le cas d'une seule personne à bord, la reconnaissance d'ordres vocaux a fait beaucoup de progrès et permet désormais de répondre;-) à certains besoins sans détourner l'attention du conducteur.
Si Microsoft avec la XBox One et Google Now y arrivent dans des environnements sonores imprevisibiles, je vois pas pourquoi un système embarqué dans un véhicule dont l'enveloppe sonore est nettement plus connue...
Ah, GENIVI, ou comment le marketing des constructeurs automobiles ont pensé qu'il suffisait de dire publiquement qu'ils allaient contribuer ensemble à une plateforme embarquée orientée véhicule pour que cela se fasse.
4 ans plus tard, toujours rien. Et pendant les 2 premières années, refus total d'envisager la moindre seconde de réutiliser AOSP comme fondation, voir tout simplement de ne faire que la partie serveur embarqué et laisser/offrir au client une tablette pour acceder aux fonctionnalités de sa voiture (streaming audio / video vers les hautparleurs et écrans intégrés dans les appuis têtes, contrôler le système de climatisation par zone, status du véhicule, navigation, kit mains libres via bluetooth, réseau Wifi avec gateway internet via antenne 3G+/4G, etc).

Mais nan, c'est tellement mieux de "dire" qu'on va refaire tout depuis le départ et d'en parler pendant 4 ans...

Bienvenu au pragmatisme, qui existe visiblement encore chez certains constructeurs...
Numerama sur les réseaux sociaux